COVID-19 : Emmaüs suspend ses activités pour un mois dans le Gers le Lot-et-Garonne


02 avril 2021

Les centres Emmaüs du Gers et du Lot-et-Garonne font une pause dès ce lundi face aux restrictions gouvernementales pour lutter contre le coronavirus. Elles obligent de nombreux commerces non alimentaires à fermer boutique. Les communautés, de par leur rôle social, auraient pu demander une dérogation auprès de la préfecture afin de continuer à vendre uniquement des livres, des vêtements ou encore des chaussures. Pourtant dans nos départements, l'association a fait le choix de ne pas s'engager dans une telle démarche, et n'ouvrira donc pas ses locaux au public. Un choix que justifie Eric Mallet, le responsable d'Emmaüs dans le Lot-et-Garonne qui compte 26 compagnons :

« En aucun cas, cela aurait permis de donner de l'activité à toutes les personnes que nous accueillons. Et puis Emmaüs reste aussi avant tout une association à but non lucratif et solidaire. Et donc, la priorité c'est aussi d'être solidaire de nos voisins, notamment en centre-ville d'Agen qui sont de petits commerces autant dans la galère que nous. Ici à Emmaüs sur le Lot-et-Garonne, nous avons une fierté de n'avoir eu aucun cas depuis le début de la crise chez des compagnons, des bénévoles et des salariés. Nous ne voulons pas casser cela, simplement pour ouvrir un espace de vente en coupant le magasin en deux en disant au client : vous pouvez achetez cela, cela non. Cela serait malhonnête, ce n'est pas notre dynamique. »

Eric Mallet estime que cette fermeture d'un mois engendrera une perte financière de l'ordre de 50.000 euros pour le département. Mais la communauté du Lot-et-Garonne est optimiste. Elle a pour le moment une trésorerie solide pour y faire face, explique son directeur :

« Les deux déconfinements de l'année dernière nous ont permis de toucher plus de donateurs et de clients qui ne nous connaissaient pas. La trésorerie s'est consolidée. Et puis pour ce futur troisième déconfinement, nous nous préparerons à une période de nettoyages de printemps. Je ne verrais pas pourquoi à ce moment-là, nous n'aurions pas la même quantité de dons que nous avions encore la semaine dernière par exemple. On se préparera à cela. »

En revanche, cette tendance à la fermeture ne se vérifie pas dans d'autres régions du pays. C'est le cas notamment de plusieurs communautés des Hauts-de-France qui ont demandé une dérogation pour des raisons financières liées à la structure ou économiques liées à la région.

F.P.

Crédit photo : Emmaüs du Gers

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article