Rapport spécial de la Cour des comptes : le droit de réponse du président des Hautes-Pyrénées Michel Pélieu

21 mars 2024 à 18h49

Suite au rapport spécial de la Cour des comptes sur « Les stations de montagne face au changement climatique » publié le 6 février 2024, et à l'instar des Domaines Skiables de France qui avaient adressé une demande de rectification à Pierre Moscovici, premier président de la Cour des comptes, le président du conseil départemental Michel Pélieu, a souhaité lui aussi apporter quelques précisions. 

Michel Pelieu, président du département des Hautes-Pyrénées et de la station de Peyragudes

Dans un récent rapport, la Cour des Comptes a fait état de la situation des stations de sports d’hiver face au changement climatique.  Ce rapport, très largement contesté par DSF (Domaines Skiables de France), établit le classement des stations qui, selon les critères retenus par la Cour, présentent une exposition particulière aux risques climatique et financier.  Pour autant que cela puisse paraître, la station de Peyragudes appartiendrait au top 10 des stations françaises les plus vulnérables et occuperait même la toute première place pour le massif pyrénéen. Loin de vouloir polémiquer avec la Chambre, il convient de reconnaître qu’une erreur manifeste s’est glissée dans l’équation et que l’incompréhension suscitée par cette annonce peut être rapidement levée.    

En effet, il me faut rappeler que Peyragudes nait de la fusion de deux stations (Les Agudes et Peyresourde) et que, pour cette raison, celle-ci est à cheval sur deux versants, sur deux Départements : Haute-Garonne et Hautes-Pyrénées. Une originalité qui n’a malheureusement pas été prise en compte dans le calcul du score de vulnérabilité établi selon la formule suivante :     Si, dans son rapport, la Cour classe Peyragudes dans un risque climatique « Moyen », c’est-à-dire parmi les stations pyrénéennes les moins exposées à ce risque environnemental, il n’en va pas de même de la surface financière de son autorité organisatrice. Celle-ci présenterait une surface bien trop insuffisante pour supporter le poids économique de la station.     Or, la Cour a retenu pour autorité organisatrice la seule surface financière de la Commune de Gouaux-de-Larboust ! Une commune de seulement 60 habitants dont le territoire administratif couvre bien, et uniquement, le versant haut-garonnais des Agudes ! En réalité, l’autorité organisatrice du versant Agudes est constituée, pour 80 %, du Département de la Haute-Garonne et, pour 20% seulement, de la commune de Gouaux-de-Larboust !      

Un versant haut-garonnais auquel il faut rajouter, pour calculer la surface financière de l’autorité organisatrice de la station, son pendant haut-pyrénéen représenté par le Syndicat Intercommunal de la Vallée du Louron qui regroupe, pour le versant Peyresourde, l’ensemble des communes de cette vallée.    Au regard de la confusion générée par une telle information fondée sur des données objectivement erronées, je me devais, en ma qualité de Président de la Station de Peyragudes, d’apporter ces précisions à vos lecteurs et usagers de la station de Peyragudes.    

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article