Pas d'exil des citadins dans les hébergements du Gers : "Ils vont plutôt dans leurs résidences secondaires"


03 avril 2021
Le week-end s'annonce chargé sur les routes, selon le site spécialisé Bison Futé. Si certains Français ont décidé de profiter du week-end de Pâques pour s'isoler dans des gîtes en campagne, d'autres préfèreront plutôt les résidences secondaires pour couler, au moins pendant quatre semaines, des moments plus paisibles. Cette dernière tendance est plutôt celle qui se dégage dans le Gers où les hébergements ne sont pas pris d'assaut, "contrairement aux idées reçues" selon Sophie Franczak, directrice de l'association Gîtes de France Gers Gascogne.
 
 
Les réservations se font nombreuses depuis les annonces du président?
Pas forcément. Nous n'avons pas vu le nombre de réservations augmenter pour des gens qui viendraient se mettre au vert, le temps du confinement. On a eu des demandes de dernière minute pour passer le week-end de Pâques ici, mais les chiffres ne sont pas montés en flèche dans le département. C'était le cas aussi pendant le premier confinement, les gens préfèrent s'isoler autour des grosses métropoles, mais ne viennent pas jusqu'ici. Ils vont principalement dans leurs résidences secondaires ou dans leurs familles. C'est surtout le littoral qui attire, comme à La Rochelle par exemple ou encore la Bretagne.
 
Résider en gîte demande aussi un budget ?
Évidemment, passer quatre semaines dans un gîte a un coût. Les gens préfèrent attendre le déconfinement pour profiter des vacances estivales et des restaurants. Les réservations que nous avons, ce sont des gens de passage. Mais c'est tout.
 
Quelle est la règle pour les hébergements suite aux annonces du chef de l’État ?
Dans le Gers, nous avons 507 hébergements. Cela comprend des gîtes, les chambres d’hôtes, les parcs de chalets et cabanes et quelques campings. Ils sont fermés pour de la location saisonnière mais restent ouverts pendant le confinement pour les déplacements professionnels. Ce sont les seuls contrats qu'on réalise. En avril, nous prévoyons de nombreux contrats à reporter. Certains en sont à leur troisième report, et c'est compliqué de se projeter encore plus loin. On ne peut que subir.
 
Pour le week-end de Pâques c'est aussi le calme plat ?
Les gens semblaient vouloir réserver pour ce week-end mais on leur a coupé l'herbe sous le pied. Une trentaine d'étudiants et les entreprises, heureusement, sont là pour assurer la continuité de nos fonctions.
N.M
CP : GDF

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article