Opération d'abandon simplifiée d'armes dans le Gers : ce qu'il faut savoir de cette collecte nationale inédite 

23 novembre 2022 à 17h35

"Vous possédez des armes non déclarées vous ne savez pas quoi en faire ? On les récupère ! Vous souhaitez les conserver ? Venez les déclarer !" l’appel du Ministère de l'Intérieur et des Outre-Mer aux particuliers, détenteurs non déclarés d’armes. Le gouvernement organise du 25 novembre au 2 décembre une vaste "opération d'abandon simplifiée d'armes". Cette collecte "inédite et historique" se déclinera sur tout le pays, avec dans le Gers trois sites dédiés à ces restitutions d'armes et de munitions. On fait le point sur cette opération. 

Les raisons de cette opération ?

Le Ministère de l'Intérieur estime qu'au moins « 2 millions de particuliers » détiendraient sans titre des armes, principalement de chasse ou issues des Première et Seconde Guerre mondiales. Avec cette opération, l'État souhaite retirer ses armes de la clandestinité en permettant soit de s'en dessaisir simplement ou de les conserver légalement.

Où sera-t-il possible de restituer des armes dans le Gers ? 

Sur le Gers, 3 sites de collecte seront mis en place afin de permettre aux particulier de venir restituer des armes. Il s'agit du commissariat d'Auch et des casernes de gendarmerie d'Eauze et de Marciac. Ces restitutions d'armes et de munitions se feront de 9h à 17h auprès des policiers et gendarmes présents sur les sites dédiés.

Quelle est à la marche à suivre pour venir déposer une arme ? 

"La démarche est vraiment très simple » souligne Xavier Brunetière, le Préfet du Gers. "La personne vient avec l'arme de préférence dans le coffre de son véhicule. À son arrivée, elle va se signaler au commissariat de police ou à la gendarmerie en disant qu'elle souhaite remettre cette arme. À ce moment-là, les policiers ou gendarmes se rendront avec la personne à son véhicule, regarderont l'arme et la prendront en charge."

Quelles sont les catégories d'armes visées par l'opération ? 

Xavier Brunetière, Préfet du Gers :

Qu'est-ce qui sera fait des armes récoltées ? 

"Les armes récoltées seront détruites" indique le Préfet du Gers, Xavier Brunetière. 

Comment faire si l’on souhaite conserver une arme ?

Si vous souhaitez conserver une arme, des agents de la Préfecture seront mobilisés pour vous aider à enregistrer vos armes dans le système d'information sur les armes (SIA). Dans ce cas, la Préfecture demande de ne pas venir avec son arme, mais uniquement avec des photographies de l'arme de bonne qualité, afin de visualiser les différents marquages (marque, modèle, fabricant, calibre et numéro de série ou matricule).

Pour l’abandon comme l’enregistrement, les démarches seront largement simplifiées et s’effectueront en quelques minutes…

Xavier Brunetière, Préfet du Gers :

Le particulier qui vient déposer une arme à l'occasion de cette opération s'expose-t-il à des sanctions ? 

« Tout au long de l’opération, il y a une exception d’absence de poursuites administratives ou judiciaires pour détention ou transport illégal d’arme » indique la Préfecture du Gers.

Abandon-armes-carte-Gers_imagelarge.jpeg (57 KB)

Le port d’arme illégal peut être puni d’une amende allant de 750 € à 500 000 € et d’un an à 10 ans de prison. Les sanctions infligées dépendent de la catégorie de l’arme et du nombre des personnes ayant commis l’infraction.

 E.R

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article