Lot-et-Garonne : Un appel à projets lancé pour lutter contre les discriminations

22 novembre 2021 à 15h04

Un appel à projets a été lancé pour lutter contre les discriminations dans le Lot-et-Garonne. La Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah) vise à soutenir les initiatives qui œuvrent contre les haines et préjugés racistes, antisémites ou anti-LGBT. Il est possible de candidater jusqu'au 15 janvier. Entretien avec Jean-Philippe Dargent, directeur de cabinet de la Préfecture de Lot-et-Garonne, et Victoria Opigez, au bureau de la sécurité intérieure à la préfecture et référente de l'appel à projets.

Quels sont les objectifs de cet appel à projet ?

Jean-Philippe Dargent - Cet appel à projets s'inscrit dans une dynamique nationale de lutte contre les discriminations, les violences et la haine avec l'idée de reconnaître les droits des personnes qui subissent ces discriminations et d'améliorer leur vie quotidienne. On se situe dans la thématique et la dynamique d'une société plus inclusive. Le plan se décline chaque année par des appel à projets relayés dans chaque département et c'est cet appel que nous avons lancé. Il vise à solliciter l'ensemble des acteurs de la société civile qui ont des actions à conduire en vue de cette politique de lutte contre les discriminations notamment anti-LGBT.

Quels sont les besoins sur ces problématiques dans le Lot-et-Garonne ?

Quel est le profil des structures qui répondent à cet appel en général ?

Jean-Philippe Dargent -  Alors il faut savoir que les projets se tiennent sur l'année. Jusqu'à présent, si l'on se fie à l'expérience des années passés, les porteurs de projets sont des habitués de ce type de procédure : ils savent s'intégrer dans une planification sur l'année et ne nécessitent pas d'accompagnement supplémentaire. On a dans le calendrier de l'année la semaine d'éducation et d'action contre le racisme et l'antisémitisme qui aura lieu en mars, elle reste encore à être définie, ainsi que la journée internationale de lutte contre l'homophobie et la transphobie, fixée au 17 mai.

Victoria Opigez - Les associations déposent souvent des projets pour essayer d'obtenir une subvention car ils tentent de mettre en place leurs actions sur cette semaine de mars 2022 notamment. C'est quasiment que des associations qui nous déposent des dossiers. L'année dernière nous en avons reçu onze, sachant que les associations peuvent déposer plusieurs dossiers. Nous comptions au total neuf associations. Nous nous attendons à un taux de participation dans le même ordre d'idée cette année.

Quels types d'organismes peuvent répondre à cet appel à projets ?

Victoria Opigez - Les associations peuvent être constituées de professionnels ou de bénévoles, de type associatif ou non. Jusqu'à présent nous n'avons reçu aucune candidature, mais il est vrai que nous avons lancé l'appel récemment et d'habitude les associations n'ont qu'un mois pour déposer leur dossier. Cette année ça va jusqu'au 15 janvier. Je pense que ça leur laisse plus de marge pour nous envoyer un dossier complet et plus construit.

N.B.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article