Lot-et-Garonne : les syndicats de sages-femmes appellent à la grève

26 janvier 2021 à 13h23

Elles souhaitent se faire entendre. Les syndicats de sages-femmes, ONSSF et UNSSF notamment, appellent ce mardi à manifester un peu partout en France. Le collectif demande une meilleure reconnaissance de la profession. A Agen, après une manifestation ce mardi matin devant le Centre Hospitalier, un rassemblement se déroule l'après-midi devant les bureaux de l'Agence Régionale de Santé (ARS) situés boulevard Carnot. Une délégation y sera également reçue. Les syndicats réclament notamment une revalorisation salariale, une augmentation des effectifs, ou encore un meilleur statut. Mathilde est sage-femme à l’hôpital de Marmande, et trouve anormal que bon nombre de ses collègues travaillent avec un statut précaire :

« De nombreuses sages-femmes ont un CDD renouvelé de façon illimité. Certaines collègues ont à signer tous les mois un contrat, alors qu'elles travaillent dans l’établissement depuis 3 ou 4 ans. Pour d'autres ce sont des contrats un peu plus longs sur 3, 6 ou 12 mois, malgré qu'elles soient présentes depuis une dizaine d'années. C'est une situation très précaire qui arrive dans les collectivités territoriales, comme dans le privé et le public.

Nous ne sommes pas payées à hauteur de nos responsabilités. En débutant, nous gagnons entre 1.600 et 1.700 euros par mois malgré nos 5 ans d'études. Alors que par exemple un ingénieur est à 2.000 euros minimum, et si il se trompe, il n'a pas la vie de patients en jeu sur le moment ! »

Conséquence des ces conditions, les maternités et les hôpitaux pâtissent d'un manque d'attractivité, et de nombreuses sages-femmes préfèrent plutôt s'orienter vers un exercice du métier en libéral mieux rémunérateur. Mathilde veut également interpeller les pouvoirs publics :

« Est-ce qu'ils veulent une sage-femme qui doit jongler entre 4 à 5 patientes, qui a seulement 10 à 15 minutes à consacrer par heure à chaque femme ? De temps en temps, elle va pouvoir jeter un coup d'oeil sur le rythme, suivre les femmes de loin, mais pas les accompagner. Est-ce qu'il ne faudrait pas plutôt quelqu'un pour les écouter et les rassurer ? »

F.P.

Crédit photo : Google Streetview

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article