Hautes-Pyrénées : Des ateliers pour se former au zéro déchets

24 novembre 2021 à 16h48

A l'occasion de la Semaine européenne de la réduction des déchets, plusieurs ateliers ouverts à tous sont organisés au SMECTOM du Plateau de Lannemezan, des Nestes et des Coteaux, à Capvern. Des ateliers ludiques enrichis par l'expérience de Maëlle Legois, animatrice et coordinatrice au sein de l’association Artpiculture, qui co-organise ces ateliers avec le SMECTOM. Entretien.

Pour commencer, quels sont les ateliers proposés ?

Aujourd'hui l'atelier se portait sur les fêtes de fin d'année zéro déchets, l'idée est de se poser la question de l'impact des fêtes par rapport aux cadeaux offerts et consommés. Sachant qu'il y a énormément de cadeaux qui proviennent de Chine, ou qui sont de plus en plus électroniques et donc qui participent à l'effraction des minerais rares et puis on utilise aussi beaucoup d'emballage et de suremballage. On aborde aussi l'aspect nourriture avec la question de provenance des produits : comment se tourner peut-être vers des produits plus locaux. Samedi deux autres ateliers, un le matin et un l'après-midi. Donc ce les gens peuvent s'inscrire sur la journée pour suivre deux thématiques. Le matin on est sur les courses zéro déchets, les achats en vrac. On va notamment fabriquer un « bee wrap », un emballage à base de cire d'abeille. L'après-midi on est sur une thématique cosmétique avec la fabrication d'un baume multi-usages à base également de cire d'abeille.

Comment ont été choisi les thématiques des ateliers proposés cette semaine ?

Le programme des animations que je propose via l'association Artpictulture est composé d'onze thématiques autour du zéro déchets. Ils regroupent tous les besoins que j'ai pu constater par rapport à mon avancée dans ma propre pratique. J'ai donc pu me baser sur une expérience personnelle pour élaborer le programme. Pour cette semaine, les thématiques reprennent celles que je propose dans les ateliers au long de l'année mais ont été choisies en complémentarité par rapport à ce que propose SMECTOM d'habitude.

Un profil particulier de participants se démarque ?

Ces ateliers trouvent à chaque fois leur public. C'est vrai qu'il y a un peu tous les âges mais principalement j'avoue que c'est des publics féminins et plusieurs viennent avec leurs enfants. Les ateliers sont proposés à partir de 10 ans, comme ça toute la famille est contente. J'aurais vraiment envie de dire qu'il y a plein de portes d'entrée différentes dans la pratique du zéro déchets. J'ai des publics qui viennent aux ateliers car un enfant est né dans la famille donc ils se posent la question de la planète sur laquelle ils les élèvent. Ou encore certaines personnes viennent parce qu'elles ont envie d'agir pour l'environnement, d'autres pour la santé ou encore car ça permet de faire beaucoup d'économies sur le plan financier. Ce qui est génial quand on rentre dans le zéro déchets c'est qu'on commence à voir évoluer beaucoup d'aspects de notre mode de vie. C'est très gratifiant et l'impact est important autant sur l'aspect humain que l'aspect environnemental.

Comment sont structurées les animations ?

A quel point est-il possible d'atteindre le zéro déchets ?

C'est vrai que dans la société actuelle ça reste assez utopique et inatteignable bien qu'on ai de nombreux exemples qui montrent qu'il est possible de produire un bocal d'ordures ménagères par an. Personnellement je ne suis pas arrivé à ce point-là mais avec mon conjoint on a commencé à réduire nos déchets en les pesant. En un an on a produit 13 kilos d'ordures ménagères, ce qui n'est même pas le poids moyen par personnes, par mois. On n'était pas arrivés à zéro, mais ce que je trouve intéressant dans la démarche c'est qu'en visant le zéro déchets on va réduire, et c'est pas grave si on ne l'atteint pas, ça reste avec un impact très positif. C'est toujours mieux de faire de petits gestes que de ne rien faire.

Inscriptions auprès de l'association Artpiculture par téléphone au 09 72 30 27 11 ou par e-mail : pollen@artpiculture.org.

N.B.

Crédit photo : Maëlle Legois, Artpiculture

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article