Hausse des escroqueries sur le web dans le Gers : les conseils de l'UFC Que Choisir du Gers pour éviter de tomber dans le piège


06 avril 2021

C'est un fléau grandissant dans le Gers : la hausse des escroqueries et infractions assimilées. Elles enregistrent une augmentation de 15% en 2020 sur le territoire, essentiellement due aux escroqueries et abus de confiance par la voie de l'internet. Une hausse qui résulte en grande partie par la hausse des flux de commandes dématérialisées du fait des différents confinements. Les sites marchands frauduleux se multiplient sur la toile et les victimes sont de plus en plus nombreuses. Jacques, bénévole, au sein de l'UFC Que Choisir du Gers, 1re association de consommateurs de France, appelle à plus grande vigilance et rappelle quelques conseils élémentaires pour éviter de tomber dans le piège. Entretien. 

Quels sont les conseils que vous avez à donner pour éviter de tomber dans le piège des sites marchands frauduleux ?

Jacques, bénévole au sein de l'Union Fédérale Consommateurs Gers. "Il faut être très vigilant sur les affaires en or où on économise de l'argent en achetant des choses qui ne sont pas chères, il faut vraiment se méfier. Lorsque vous arrivez sur un site marchand, il faut vérifier s'il y a un numéro de téléphone où on peut les appeler, regarder dans les mentions générales s'ils ont un numéro de siret. Il ne faut également pas hésiter à aller sur des sites de comparateur et d'avis pour voir si les gens ont été contents de leurs achats. Il y a des sites qui recensent les avis clients, il y a par exemple le site : trustpilote.com. Par ailleurs, il faut faire particulièrement attention lorsqu'on achète sur des sites basés à l'étranger qui vont vous promettre des choses de bon sens qui ne peuvent pas exister. Nous, en tant que UFC Que choisir, ça va être très difficile de pouvoir recouvrir quoi que ce soit quand l'arnaque provient de l'étranger.

On constate également ces derniers temps une hausse des e-mails frauduleux, quels sont les bons réflexes à adopter ?

"Dans tous ces spams, il y a des sites commerçants qui existent vraiment. Ils ont récupéré vos adresses via des sociétés qui vendent les adresses e-mail, et puis ils vont vous envoyer plein de mails sans que vous en ayez vraiment envie. Ils ont le droit de le faire, mais c'est problématique, car on se retrouve avec plein de mails qu'on ne veut pas lire et qui polluent notre boite mail. Il y a aussi des faux sites qui vont se faire passer pour des sites soit gouvernementaux ou autres. Dans le mail, on va vous demander votre numéro de compte, des informations sur votre identité ou autres. Lorsque vous avez des liens sur un email et que vous passez la souris sur ce lien, il va y avoir l'adresse où le lien vous mène. Dans tous les cas de figure, aucun site officiel ne va vous demander des informations comme votre numéro de compte, votre numéro de carte bancaire, de téléphone, ils ont d'autres moyens pour vous contacter que ça. Il faut également se méfier des gens qui vous appellent par téléphone pour vous demander des informations de ce genre-là.

Que faire si on est victime d'une arnaque sur la toile ?

"Il existe des plateformes gouvernementales. Sur le site du gouvernement, vous avez : internet-signalement.gouv.fr. Vous avez également signal-spam.fr et https://phishing-initiative.fr/contrib/. Ce sont des plateformes qui vous permettent de signaler ces arnaques et de faire une banque de donnée pour le gouvernement pour empêcher ceci. Mais il est très difficile de lutter contre ces arnaques, car il est très aisé d'envoyer des tonnes de mails depuis l'étranger, ça ne coûte rien et c'est très facile. C'est vraiment de la vigilance avant tout, si vous avez un doute sur la provenance du mail, il ne faut surtout pas ouvrir les pièces jointes ou cliquer sur les liens."

E.R

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article