Grippe aviaire : désormais 48 foyers dans le Gers, la propagation s'accélère

23 mai 2023 à 11h55

L'épizootie de grippe aviaire semble incontrôlable dans le Gers, devenu l'épicentre de la propagation du virus en France. Désormais 48 foyers sont recensés dans le département.

La circulation du virus de la grippe aviaire n'en finit plus dans le Gers. Le département est ce mardi le territoire de France où l'on recense le plus de foyers d'influenza aviaire hautement pathogène. Le dernier cas en date a été confirmé dimanche dans un élevage de palmipèdes à Masseube, à une vingtaine de kilomètres au sud d'Auch. « Il s’agit du premier foyer avicole mis en évidence dans cette partie du Gers depuis l’épizootie qui a débuté le 4 mai 2023 par un premier foyer à Couloumé-Mondebats » précise la préfecture du Gers dans un communiqué datant de ce mardi matin. L’élevage a été prélevé deux fois à deux dates différentes et le laboratoire national de référence a confirmé officiellement la présence du virus Influenza aviaire dans les deux séries de prélèvement.

Face à cette situation chaotique, la promesse d'un vaccin pourrait faire figure d'espoir. Une date a été évoquée par le Cifog, le Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras, pour l'automne prochain. Mais l'annonce ne convainc pas Sébastien Pigache, un éleveur de canards basé à Panassac, commune voisine de Masseube où le dernier foyer de grippe aviaire a été recensé. « Il est annoncé très cher, entre 2 et 6 euros par canard. Dans l'ambiance actuelle de flambée des prix, si on doit rajouter ça par-dessus, la marge brute va diminuer. Et puis des questions se posent. Le 30 avril dernier, on a eu l'autorisation de sortir les animaux enfermés depuis novembre 2022. Deux jours plus tard, ça pétait à Aignan. Cette commune est un berceau de la contamination et on est en droit de dénoncer, comme on le fait régulièrement avec le syndicat de la Confédération paysanne du Gers, pourquoi il y a autant de bâtiments à cet endroit et de passage de camions ».

Pour ce cas recensé à Masseube, les services de l'Etat indiquent qu'une zone de protection de trois kilomètres, une zone de surveillance de 10 km autour du foyer et une zone réglementée supplémentaire de 20 km ont été instaurées par le préfet du Gers, Xavier Brunetière. Les mouvements de palmipèdes sont interdits dans ces zones où des mesures sanitaires strictes doivent être observées.

N.M

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article