Gers : pour une dette, deux frères tendent un guet-apens et violentent la victime


19 janvier 2021
Jamais Antoine* n'aurait cru que le trajet qui le mène vers son lieu de travail ne se transformerait en filature. Ce 19 novembre 2020, il est 8 heures à Riscle. Après quelques centaines de mètres parcourus, il se rend compte que le véhicule qui le précède a quelque chose qui cloche. La voiture balaie la route de gauche à droite, feux de détresse en marche, puis parvient à stopper celle d'Antoine. Le conducteur sort de la voiture et se dirige vers lui. C'est Marc, une connaissance. Il assure que son véhicule est en panne et demande de l'aide à Antoine. Lui, ne se doute de rien. Il regarde dans l'habitacle de sa voiture, cherche la pièce ou l'outil qui permettrait à Marc et son frère de reprendre la route. Et boum. Marc assène un premier coup à Antoine et tente aussi de lui dérober les clefs de son véhicule. Jérôme, le frère qui patientait jusque-là dans la voiture, se mêle à la rixe. Malgré cette pluie de coups de poing qui s'abat sur Antoine, il parvient à faire marche arrière, prend la fuite et file tout droit vers la gendarmerie pour déposer plainte. Là, il confirme que ses deux agresseurs sont des gens qu'il connaît plutôt bien. Il n'hésite pas à les balancer sur le vol d'une moto commis quelques mois plus tôt, en avril 2020. Les investigations de la gendarmerie permettent de comprendre que le mis en cause, au moment de l'agression, n'était pas titulaire du permis de conduire.
 
Une dette d'argent à l'origine
Identifiés puis interpellés, les deux frères passent aux aveux. Ils confirment la version de la victime : ils ont bien attendu volontairement que Antoine ne sorte de son domicile pour lui tendre un guet-apens. L'objectif ? Récupérer une dette d'argent, dont on ignore le montant ni l'origine, que Antoine leur devait. Une procédure pour vol de moto, conduite sans permis et falsification de chèque -une autre affaire dans laquelle l'ex-femme du mis en cause avait déjà déposé plainte- est ouverte. Après 48 heures de garde à vue -et pour ne rien arranger- l'un des deux frères donne un coup de tête contre la geôle du tribunal. Des faits commis dix minutes avant de comparaître devant la justice le 15 janvier dernier. Il en profite pour insulter les gendarmes qui tentent de le calmer. Au final, le plus virulent de la fratrie a été condamné à un an de prison ferme avec révocation d'une peine avec sursis de 3 mois. Il a été incarcéré à la maison d'arrêt de Mont-de-Marsan. Jérôme a été condamné à 6 mois de prison avec sursis et 2 ans de mise à l'épreuve.
*Ces prénoms ont été modifiés
N.M

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article