Gers : oublié du Segur de la Santé, le personnel de la MAS de Roquetaillade se met en grève pour exprimer sa colère


24 février 2021

Ils se sentent mis au ban, oubliés en cette période de Covid et ont décidé de passer la vitesse supérieur pour exprimer leur colère. Des salariés de la Maison d'Accueil Spécialisée de Roquetaillade (MAS), à Montégut, ont décidé de se mettre en grève ce mercredi. Soutenu par la CGT Santé, une bonne partie du personnel se mobilise toute la journée devant l'établissement pour dénoncer leur exclusion de la revalorisation de salaires du Ségur de la Santé. Ce plan du gouvernement consacre plus de 8,2 milliards d'euros à la revalorisation des métiers des établissements de santé, des EHPAD et à l'attractivité de l'hôpital public. Avec toutefois des oubliés : les agents du médico-social rattachés à un établissement privé ou associatif, pourtant également en 1ère ligne durant cette crise de la Covid. Une situation qui créé des injustices dans certains établissements de santé du pays, notamment à Roquetaillade.

14 salariés "oubliés du Ségur" à Roquetaillade

Dans cet établissement propriété de l'association catholique de l'Ordre de Malte, les salariés du Centre Pédiatrique de Médecine Physique et de Réadaptation bénéficient depuis plusieurs semaines de la revalorisation salariale du gouvernement de 183€ net par mois. Ce qui n'est pas le cas des 14 salariés de la Maison d’Accueil Spécialisé, l'autre unité de l'établissement qui accueille et accompagne des personnes adultes polyhandicapée. Une aberration pour Gérôme Guillot, agent au sein de l'établissement et secrétaire général du syndicat CGT Roquetaillade :

"On fait exactement le même travail, la seule différence est que nous on s'occupe d'un public adulte et eux d'un public enfant et adolescent. Durant cette crise de la COVID, on a adapté nos horaires de travail, on a subi les mêmes contraintes que les hôpitaux, donc on ne comprend pas vraiment pourquoi nous sommes pas intégrés au Ségur de la Santé.  On en veut principalement au gouvernement d'accentuer le climat de tension social qui a actuellement en France en mettant en place des mesures discriminatoires entre les établissements et les professionnels de santé."

Le temps des négociations avec le gouvernement, le personnel demande un geste financier de l'Ordre de Malte

Le personnel gréviste peut compter dans son combat sur un soutien de taille : celui de l'association de l'Ordre de Malte, gestionnaire de l'établissement. Le temps des négociations avec le gouvernement, Gérôme Guillot demande toutefois à la direction de faire un geste financier pour les salariés qui ne bénéficient pas de la revalorisation salariale dans le cadre du Ségur de la Santé.

"On déplore que le gouvernement ne nous inclut pas dans ces métiers éligibles d'autant plus que le président de l'Ordre de Malte France et notre directrice appellent de leurs vœux à ce que le secteur du médico-social soit inclus dans ces revalorisations. Parallèlement à notre mouvement dans le Gers, un autre établissement de l'ordre de Malte va porter nos revendications au sein du siège de l'association à Paris, afin de demander que durant le delta nous séparant de l'augmentation de salaires donné par l'Etat, l'Ordre de Malte prenne en charge cette revalorisation."

Selon la CGT Santé du Gers, plusieurs centaines de salariés du social et du médico-social seraient toujours "oubliés" des revalorisations de salaires dans le cadre du Ségur de la Santé dans le département.

E.R.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article