Gers : à 11 ans, elle lance une pétition contre le harcèlement


21 septembre 2021
Elle n'a que 11 ans mais elle s'impose déjà en porte-parole contre le fléau du harcèlement. Noémie Fontan, une Gersoise scolarisée dans un établissement auscitain, a créé une pétition « symbolique » sur le site change.org où elle lance un cri du cœur contre une nouvelle forme de harcèlement dont seuls les adolescents nés en 2010 en sont victimes. Une initiative qui a émergé à l'époque du premier confinement, à l'heure où les adolescents ont été contraints de rester chez eux. S'exposant par ailleurs davantage sur internet et jeux en ligne.
 
L'origine du Hashtag
C’est sur les réseaux sociaux que ce nouvel hashtag, baptisé #Anti2010 a vu le jour ces dernières semaines. Twitter, TikTok ou encore le jeu vidéo Fortnite sont pointés du doigt par les victimes. Les agresseurs -souvent jeunes- fustigent les adolescents nés en 2010. Noémie n'a pas échappé au retentissement rapide du post. Aujourd'hui, sa maman Aurélie, tire la sonnette d'alarme.
 
D'autant que le harcèlement, Noémie l'a déjà subi sous une forme plus "classique" dans le passé. Aujourd'hui, les antidépresseurs sont le quotidien de cette adolescente. Pour éviter de retourner dans une période noire, pour elle comme pour ses camarades de sixième, elle alerte la population sur les dangers de ce hashtag. « Je sais qu'elle ment sur son âge par peur, poursuit sa maman. Mais où va t-on ? Je sais aussi qu'une amie à elle, dans un autre collège auscitain, s'est faite insulter de « sale 2010 ». Ce qui devient effrayant, c'est que le cyberharcèlement s'importe jusque dans les classes d’écoles. Le dialogue doit s'ouvrir davantage dans le milieu scolaire. Il faut aussi un meilleur filtrage sur les réseaux sociaux, davantage de vigilance des parents, et du gouvernement ». 
Une lettre au président Macron
Si cette pétition relève plus de la symbolique qu'autre chose, elle aura au moins permis à Noémie d'exprimer son ressenti. Son mal-être face à la violence des mots exprimée depuis un clavier. De son côté, Aurélie a écrit au président de la République. Pour la première fois de sa vie.
Pour retrouver la pétition lancée par Noémie, rendez-vous sur lien
N.M

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article