Contournement de Gimont : vers une mise en service en fin de semaine, le député Jean-René Cazeneuve revient sur ce chantier gigantesque

07 février 2022 à 09h44
La toute dernière ligne droite pour l'un des plus gros chantiers du Gers : le contournement de Gimont par la Route nationale 124. Les travaux touchent à leur fin, sa mise en service initialement prévue le 10 février, serait reporté au 14-15 février, avec une possible inauguration en présence du Premier ministre Gersois Jean Castex. La fin d'un chantier gigantesque qui aura duré plus de sept ans et sur lequel revient Jean-René Cazeneuve, député de la 1ère Circonscription du Gers (LREM) qui a fait de ce projet "sa grande priorité" de mandat. Entretien.
 
M. le député où en-est-on de la dernière phase de travaux du contournement de Gimont? 
"La très bonne nouvelle, c'est que ça y est on y est, le chantier touche à sa fin. Aux alentours du 10 février, suivant l'avis définitif des services de la Dreal, le contournement de Gimont sera ouvert aux automobilistes."
C'est donc la fin d'un chantier gigantesque qui aura duré près de sept ans et qui aura mobilisé des milliers d'ouvriers... 
“C'est un immense chantier, on ne s'en rend pas forcément compte, mais c'est un chantier à plus de 100 millions d'euros. Pour ceux qui font ce trajet régulièrement, moi je le fais toutes les semaines, c'est presque une joie d'enfant de voir ces grues et ces camions qui se sont agités ces derniers mois, mais surtout de voir qu'aujourd'hui cela devient réalité.”
 
Vous avez porté ce projet depuis votre élection, on peut parler aujourd'hui d'un accomplissement et d'un grand soulagement ? 
“Cela a vraiment été un combat permanent. Il faut imaginer que tous les élus, tous les députés, tous les territoires ont tous des projets routiers. Il y en a qui veulent l'autoroute, d'autres des contournements, ou bien des dédoublements. Tout le monde est en compétition auprès du gouvernement, des directions techniques pour obtenir un budget. Je dis depuis le début que ce projet c'est ma priorité. Souvent quand on dit ça, on multiplie les priorités. Non, en ce qui me concerne c'est ma première priorité. Dès mes premières semaines, j'ai fait le gentiment le siège au Ministère des transports, mais également dans le cabinet du Premier ministre. Le Premier ministre, Edouard Philippe, m'a reçu une fois sur ce sujet très précis. Il a pris des engagements et c'est ça qui a permis l'accélération du contournement de Gimont. Il est venu également sur le terrain. Et puis son successeur, Jean Castex, est également venu il y a quelques mois, confirmer le financement du dernier tronçon entre Gimont et l'Isle-Jourdain. Donc, oui aujourd'hui c'est une vraie satisfaction. Il n'y a pas un mois sans que j'ai un rendez-vous, un entretien téléphonique avec les services de la DREAL, les différents cabinets, les ministres, car je considère que c'est très important pour le désenclavement et l'attractivité de notre territoire.”
La mise en service du contournement de Gimont ne marque pas la fin du chantier de mise à 2*2 voies de l'axe Toulouse-Auch. Il reste désormais à aménager le tronçon entre Gimont et l'Isle-Jourdain, près de 14km, quelles sont les échéances pour cet autre projet d'envergure pour le département ?
 
"Les travaux de ce dernier tronçon vont se terminer d'ici fin 2026, 2027 au plus tard. Dans 5 ans, grâce à ce nouveau tronçon, Auch se retrouvera à 40 minutes de Toulouse."
 
Quelles sont vos attentes aujourd'hui avec l'ouverture de ce contournement de Gimont ? 
“C'est un enjeu d'abord économique. L'impact va se faire par couches successives. A l'Isle-Jourdain, c'est déjà le cas, à Gimont je pense que l'effet de ce contournement va également être très important, et bien sûr à Auch. Notre préfecture a besoin d'emploi, d'activité économique, ce cordon médical entre Toulouse et Auch qui est tellement essentiel, il va nourrir Auch et faire en sorte que de très nombreuses entreprises vont venir s'implanter dans le Gers parce qu'ils vont trouver une meilleure qualité de vie et des prix plus attractifs par rapport à ce qu'ils ont à Toulouse, avec notamment moins de bouchons et de pollution. Aujourd'hui si vous n'avez pas d'infrastructure routière pour faire tourner votre activité économique, vous ne pouvez pas le faire, c'est absolument essentiel. Et après tout le reste suit, c'est-à-dire que si vous avez des entreprises et de l'activité économique, vous avez la population qui croît et par conséquent des services publics qui augmentent. Si on a une activité économique importante et une population qui repart à la hausse de manière importante, on aura notamment des médecins qui viendront s'installer et des classes qui rouvriront.”
Pour rester sur votre priorité "celle de désenclaver le département", un projet a été relancé tout récemment par plusieurs élus du Grand-Auch, celui du contournement d'Auch-Pavie, où en-est-on aujourd'hui de ce dossier ? 

 
 
Une visite du Premier ministre gersois, Jean Castex, dans les prochains jours pour inaugurer ce contournement de Gimont est-ce d'actualité ? 
"Je ne peux pas m'y engager, mais j'ai invité le Premier ministre, Jean Castex qui a des liens avec le Gers extrêmement fort. Il veut absolument venir, maintenant on approche des élections, avec la période de réserve durant laquelle les ministres ne se déplacent plus en France, donc on est sur un timming très court. Mais, j'espère vraiment que cela pourra se faire dans les deux prochaines semaines."
Pour en savoir plus sur ce contournement de Gimont, on vous propose de découvrir notre reportage vidéo réalisé récemment : 
E.R

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article