Action des "masques blancs" demain à Auch : deux participantes répondent à nos questions


05 mars 2021
Le mouvement suisse des « masques blancs » semble prendre de l'ampleur et les actions se multiplient ces dernières semaines dans les territoires francophones. Au point qu'Auch va elle aussi accueillir, samedi dès 14 heures, une action du genre avec pour point de départ la place de la cathédrale. La rédaction de Hit FM Radio a pu rencontrer deux participantes au mouvement gersois, Sophie et Délia. Elles aspirent au retour de libertés individuelles, suspendues pour cause de crise sanitaire. Entretien.
 
C'est un mouvement assez peu connu mais qui semble gagner du terrain. Quel est son objectif ?
C'est un peu pour remuer les consciences, créer du lien social et ça passe par une performance « choc », à savoir notre chorégraphie rythmée par une "voix off". Une action pour faire face à tout ce qu'on vit actuellement, toutes ces mesures qui deviennent liberticides sous prétexte de crise sanitaire. Pour beaucoup d'entre nous, ça ne fait pas sens. C'est aussi pour lancer le débat et reprendre place dans la société.
 
Qu'est ce que vous craignez ?
Une fois que des mesures liberticides sont mises en place, c'est dur de revenir en arrière. On se demande s'ils n'utilisent pas cette crise pour arriver vers un état totalitaire. Nous ne sommes pas complotistes mais on pense qu'il est temps de reprendre notre souveraineté. J'espère un élan citoyen et que le gouvernement entende la souffrance des gens. Pour le moment c'est une mascarade.
 
Étrangement, vous n'êtes pas opposées au port du masque, ni à la vaccination.
Le port du masque a permis plus d'hygiène, un peu sur le modèle asiatique où l'on se protège contre les maladies grâce à son utilisation. Je suis simplement en faveur du débat et de l'information libre, parce qu'il n'y en a plus. Là, on ne partage plus rien et on entre en conflits. Le fait de ne plus échanger dans la paix et la bonne humeur cause du tord à l'humanité, ça nous détruit. La coupe est pleine. Les individus ne sont pas respectés, notre sentiment de citoyen est nié, on est contrôlés, guidés, punis. On prend un virage sociétal où il faut lancer l'alerte.
 
Comment va se dérouler cette action ?
On ne se connaît pas avec les autres participants mais on s'est briefés via un réseau social. On est une équipe de 20. En partageant nos avis, nous nous sommes enfin senties moins seules car ces derniers mois, nous étions en proie à l'isolement comme beaucoup de nos compatriotes. On est en train de créer un nouveau monde, un monde de citoyens souverains. Nous y croyons à cette démocratie citoyenne même s'il y a beaucoup de récupération politique sur le sujet.
 
Il y aura dans le même temps la marche pour le droit des femmes à Auch. Vous n'avez pas peur de vous « marcher dessus » ?
On s'est coordonnés. La manifestation féministe aura lieu en basse-ville et nous en haute, ça devrait bien se passer. Nous ne sommes pas dans un mouvement politique, c'est une action artistique qui veut réveiller les consciences. Les gens qui manifestent pour le droit des femmes sont aussi à notre cause, on veut toucher le citoyen lambda. On sera 15 marcheurs environ, avec des encadrants autour pour pacifier si certains devenaient agressifs. On est surtout là pour parler de ce qui se passe.
N.M

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article