Violents orages cette nuit dans le Gers : ce que l'on sait


26 juin 2020

Météo France avait annoncé un violent épisode orageux cette nuit dans le Gers. Les spécialistes ne se sont pas trompés, la nuit a été longue pour de nombreux habitants du département, et les pompiers mobilisés. Des coulées de boue impressionnantes, des maisons inondées, des arbres couchés sur la chaussée, la météo a fait des ravages avec des épisodes de grêle très marqués à Fleurance ou encore Lectoure, pour ne citer qu'eux. A Lectoure justement, le président du conseil départemental du Gers Philippe Martin et la préfète Catherine Séguin sont actuellement sur les lieux pour faire un premier bilan de la nuit écoulée.

1.png (294 KB)

Ici, plus d'une cinquantaine de pompiers ont été déployés toute la soirée avec plus d'une vingtaine de véhicules pour le même nombre d'interventions. 11 habitations ont été marquées par des inondations, le local technique d'un lycée de la commune a lui aussi été touché. Alors que les autorités départementales font le bilan, le directeur des services du cabinet s'était déjà rendu sur les lieux hier soir. Face aux routes difficilement praticables, la gendarmerie a dû fermer la circulation sur la RN 21 avant de la remettre en service une heure plus tard. Notre journaliste présent sur place ce matin affirme que la zone industrielle de Lectoure a elle aussi été touchée.

2.png (897 KB)

La contemplation des dégâts devrait rapidement faire place a de nouvelles consignes de sécurité, alors que se profile ce soir un nouvel épisode orageux sur la région.

3.png (90 KB)

Des rafales de vent pouvant atteindre les 110 km/h sont attendues. "La tempête de 2005 n'avait pas été aussi intense" témoigne le maire de Lectoure présent sur place, Gérard Duclos. "Les dégâts sont importants dans les cultures et sur le volet industriel. L'entreprise des Fleurons de Lomagne en fait partie". Point positif : il n'y a pas de blessé à déplorer pour le moment. Les locaux d'aménagement du département sont sollicités pour une procédure de déblaiement. 

N.M

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article