Soignants : le jour de gloire est-il arrivé?


13 juillet 2020
Fini les applaudissements, place au rassemblement. Si un retour de l'épidémie de coronavirus n'est pas à exclure la saison prochaine, la « première vague » est passée selon les experts. Une période noire durant laquelle les soignants ont eu leur rôle à jouer face à l'afflux de patients. Des heures à dormir debout pour subvenir aux besoins des malades, submergeant les services de réanimation des hôpitaux. Deux mois après le déconfinement, c'est le moment de rendre des comptes alors que le Ségur de la santé est sur le point de se terminer. A Auch, une intersyndicale appelle à la mobilisation dès demain, jour de fête de nationale. Comme un symbole pour ceux qui étaient invités à défiler sur les Champs-Elysées cette année, le défilé en question ne sera pas une parade d'hommage dans les rues de la capitale mais bien un motif de revendications. " On appelle à la convergence et les pompiers et ambulanciers devraient se joindre à nous. Parallèlement, on a toutes nos revendications qui sont en cours de discussion dans le cadre du Ségur, et qui malheureusement devrait se terminer aujourd'hui avec un protocole présenté aux organisations syndicales. On obtient des augmentations de salaire mais pas à la hauteur des 300 euros demandés depuis un an et demi " précise Christophe Bukovec de la CGT Santé. " Des embauches sont aussi promises mais tout est loin d'être réglé. C'est pas tout d'augmenter les salaires mais il faut aussi garder les professionnels, il y a une vraie question d'attractivité du métier » rajoute Evelyne Dupouy de FO.
  
« Les oubliés de l'état »
  
S'ils soutiennent les soignants dans la satisfaction de leurs revendications, indispensables au service public de santé, les membres du comité gersois pour le développement et la défense du service public portés par la voix de Claude Chouteau, espèrent un réel basculement. " Les soignants sont un peu les oubliés de l'Etat. La crise a mis en lumière les limites terribles de notre organisation de l'hôpital et de notre système de santé. On se bat depuis longtemps et aujourd'hui tout le monde se rend compte des problématiques, c'est une raison de plus pour mieux mobiliser les citoyens et envisager un nouveau système. Pour mieux défendre, il faut développer ". Parmi les propositions du comité, l'idée de créer dans le Gers un observatoire de la santé. "Tout ce qui concerne la santé est vue sous l'angle de la politique de l'offre, reprend Claude Chouteau. On veut inverser cette logique et créer une politique du besoin, l'analyser, l'évaluer et mettre des moyens nécessaires pour y répondre. Si on veut un renversement de logique de gestion, c'est à ce prix là ».
 
Et les personnes âgées?
Autre point noir évoqué par les représentants syndicaux : le cas des personnes âgées, dont on a souvent relaté la détresse sociale dans cette crise sanitaire. Selon Christian Navarre, le secrétaire du colletif des retraités CGT du Gers, " La souffrance des usagers dans les EHPAD a été pénible à vivre. Les résidents appelaient les familles pour sortir de l'établissement parce qu'ils n'en pouvaient plus. A Lectoure, on a eu un silence fait autour du nombre de cas de covid, on ne sait pas si les chiffres sont bons ou pas. On a des doutes. On est dans un département vieillissant, il va falloir qu'on se penche sur leurs conditions de vie. Les aidants disparaissent avant les aidés, ça fait des années qu'on en parle et rien n'avance ".
 
Précision : La manifestation mobile aura pour point de départ le rond-point de la patte d'oie à Auch, mardi 14 juillet à 10h30. Le cortège se dirigera vers la place de la Libération.
N.M
 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article