Social : c'est la rentrée aujourd'hui


17 septembre 2020
Qui dit rentrée scolaire dit souvent... rentrée sociale. Aujourd'hui, sur le pas de la préfecture du Gers à compter de 14h30, une intersyndicale tiendra une manifestation à caractère social sur fond de « colère cristallisée pendant le confinement ». Dixit Eric Cantarutti, secrétaire départementale CGT du Gers. Alors que l'épidémie regagne du terrain sur l'ensemble de l'Hexagone, faisant craindre de nouveaux bouchons dans les services de réanimation, le représentant syndical déplore aujourd'hui le manque de considération envers les personnels de santé au plus fort de la crise. Un fait dénoncé par les organisations syndicales depuis « plusieurs années». « Le personnel de santé en souffrance, ce n'est pas nouveau. La covid a simplement mis en évidence ce problème que l'on dénonçait déjà avant mars ». Si les conditions de travail du corps médical sera l'un des thèmes évoqués aujourd'hui lors de la manifestation, la crise économique et les conséquences sur l'emploi seront les autres cris de colère lancés par l'intersyndicale à travers ce mouvement de contestation. « Cette période de crise sanitaire sert d'aubaine à pas mal d'employeurs à licencier à grande échelle. Toute la périphérie gersoise est concernée avec quelques usines qu'on a dans le département, notamment autour de l'aéronautique. Je pense à Nogaro ou encore l'Isle-Jourdain qui vont connaître un impact de chômage. Les accords de permanence collective, c'est ni plus ni moins qu'une nouvelle manière de licencier. On est en train de se poser la question de savoir où va aller l'argent public pour ces industries. Toujours la même rengaine, c'est sans contrôle, sans contrepartie ».
 
« Peu importe le Premier ministre »
 
Le plan de relance de 100 milliards d'euros annoncé par le gouvernement pour relancer l'économie du pays en cette période troublée pour les entreprises, fait en tous cas grincer des dents les syndicats. S'ils ne contestent pas le montant, ils craignent néanmoins que le solde alloué ne profitera qu'aux grosses entreprises. « C'est une vanne d'argent public qui va couler à flot, sans contrôle, et la variable d'ajustement... c'est toujours le salarié. Ce plan va bénéficier à ceux qui sont déjà ultra gagnants de la politique Macron. Et ce peu importe le Premier ministre, Gersois ou non ».
 
Hommage
Cette première manifestation d'ampleur sera aussi l’occasion pour la CGT du Gers de rendre hommage à José Jorge, disparu vendredi dernier dans un accident de la route avec son fils Alban. « José, la semaine dernière, était encore présent à l’Union Départementale CGT pour préparer une manifestation avec les camarades pour le 75e anniversaire de la Sécurité Sociale. Initialement prévue le 11 octobre avec la diffusion du film « La Sociale », l’UD CGT du Gers et le syndicat CGT CPAM du Gers vous propose de maintenir cet événement et de l’associer à la mémoire de José et Alban ».
 
 
 
Parcours. Le cortège se réunira à 14h30 devant la préfecture du Gers avant d'emprunter les rues de la ville. Rue Arnaud-de-Moles, rue Lamartine, rue Baudin, rue Daumesnil, rue Gilbert-Bregail, boulevard Sadi-Carnot, place du 14 juillet, rue du 14 juillet, rue du Pont national, rue de Metz, rue d'Etigny, place de la Libération.
N.M

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article