Reprise de l'école : "L'important est de pouvoir lever les inquiétudes"


15 mai 2020

Le recteur de l'académie de Toulouse Benoit Delaunay était à Vilecomtal-sur-Arros avec la préfète du Gers Catherine Séguin et le Dasen Matthieu Blugeon hier matin. L'école du village a rouvert comme 90% des établissements du 1er degrés dans le département du Gers avec, bien sûr, de nouveaux aménagements pour endiguer l'avancée du covid-19. Nous avons profité de la venue du recteur pour lui poser quelques questions autour de cette rentrée des classes inédite.

La reprise s'est bien préparée dans les écoles que vous avez pu visiter? 

Elle se fait progressivement et en douceur mais avec beaucoup d'engagement de la part des équipes, avec à noter une belle alliance éducative et les collectivités territoriales. 

La mesure a fait polémique. Un retour à l'école était vraiment nécessaire selon vous?

Oui, c'est important. L'école est un point de repère majeur et au moment où l'activité reprend, il faut que les élèves repennent aussi le chemin de l'école. Nos enseignants ont mené un beau travail dans l'enseignement à distance. Le chemin naturel reste celui de l'école pour renouer avec l'apprentissage et la sociabilité. 

Vous comprenez l'appréhension des familles et professeurs? 

C'est légitime oui, notamment sur le plan sanitaire. C'est pour cette raison qu'on a préparé un protocole, appliqué à la lettre dans chaque école de France et notamment ici dans le Gers. L'important est de pouvoir lever les inquiétudes. Ces premiers jours permmetent à chacun de mesurer les précautions prises. On a de plus en plus de parents qui lèvent leurs inquiétudes. 

Les mesures sont-elles assimilées par les plus jeunes? Le changement n'est pas trop brutal? 

De ce que j'ai pu voir, les élèves s'y prêtent bien y compris pendant la récréation. On les voit jouer mais à distance. C'est pas la solution qu'on préfère mais il faut être patient dans ce contexte de crise. Les enfants sont très adaptables et ils prennent plaisir à retourner à l'école. 

Il leur faut ce contact social ... 

Oui c'est naturel. L'école c'est le goût d'apprentissage, de la rencontre et de l'éveil. Où on grandit tout simplement. Avoir retissé ce contact est un point majeur. 

La rentrée scolaire pour les collégiens c'est le lundi 18 mai. Votre avis sur la reprise?

Nous sommes prêts avec là encore un beau travail du conseil départemental du Gers. Nous ouvrons pour les élèves de 6e et 5e et, à la fin du mois de mai, on verra si on ouvre pour les classes 4e, 3e et le lycée. On a la chance d'être au vert dans l'académie. Touter la semaine, se tiennent des réunions de pré-rentrée scolaire et les enseignants se préparent sérieusement. 

Au niveau des installations, qu'est ce qui change aujourd'hui?  

Nous avons mis en place le traçage au sol, dans la cour de récréation il y a des séparations instituées pour permettre d'avoir des aires de jeux différentes, des axes de circulation pour éviter les brassages. Les départements ont beaucouop travaillé pour offrir des paniers repas. Ce n'est pas la vie d'avant mais c'est quand même le collège. 

88,1% des fammilles ont remis les enfants à l'école dans le Gers, un département exemplaire selon vous? 

Le Gers est un département où l'école compte beauoup et on ne peut que s'en réjouir. On est attaché à l'école notamment en milieu rural. C'est en tous cas une très bonne nouvelle pour le système scolaire et ceux qui le font vivre. 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article