Reconfinement : les commerçants expriment leurs craintes


30 octobre 2020

Le monde sur les terrasses des bars et restaurants jeudi soir a laissé place à un grande vide ce vendredi matin dans les rues commerçantes. Le confinement numéro 2 a démarré pour un mois minimum. afin de soualger les hôpitaux face au coronavirus. Désormais, ces établissements et commerces dits « non essentiels » sont fermés. Patricia Lagere, présidente de l'association des commerçants de Castelsarrasin (Tarn-et-Garonne), exprime sa crainte face à ce nouveau confinement :

« Cela sera catastrophique ce qui va passer dans quelques mois. Nous avions senti venir ce reconfinement, mais cela reste tout de même un choc pour nous, surtout à deux mois des fêtes. On veut préserver la santé des gens, mais l'économie : il va falloir aussi la préserver d'une manière ou d'une autre ! »

« A Castelsarrasin, nous n'avons pas de ruées dans les magasins »

Patricia Lagere trouve la décision trop radicale pour les petits commerçants, alors que les règles sanitaires peuvent parfaitement être respectées en leurs lieux, selon elle :

« Dans une ville comme Castelsarrasin, nous n'avons pas de ruées dans les magasins. Si il y a deux ou trois clients, nous arriverons à gérer, il n'y a pas de soucis avec les gestes barrières mis en place. Et dans l'ensemble, les gens sont assez compréhensifs. »

Dans d'autres communes, les commerçants n'ont pas hésité à faire savoir leur mécontentement. C'est le cas à Auch ce vendredi matin, ou encore à Marmande jeudi soir, juste avant l'entrée en vigueur du confinement. Là-bas, une centaine de personnes est descendue dans la rue à l'appel des commerçants de la ville. Ils dénoncent l'inégalité de traitement avec les supermarchés, et réclament la fin de la vente dans les rayons des produits n'étant pas de premières nécessités. Une délégation de manifestants a été reçue par le maire de Marmande, Alexandre Freschi, afin de faire remonter leurs revendications.

« Une ville sans commerces, c'est une ville triste »

La présidente de l'association des commerçants de Castelsarrasin, Patricia Lagere lance également un appel aux habitants à venir dans les commerces de centre-ville pouvant encore rester ouverts, malgré le confinement :

« Tout le monde a à y gagner. Une ville sans commerces, c'est une ville triste. Et beaucoup de monde aura derrière de grosses difficultés financières... »

F.P.

Crédit photo: Pexels de Pixabay

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article