Premiers tests antigéniques pour les personnels de l'éducation dans le Gers


09 décembre 2020

Une salle de classe du lycée Pardailhan à Auch transformée pendant près d'une semaine en centre de dépistage pour permettre à ses agents et professeurs de se faire tester à la COVID-19. Une image amenée à se répéter dans les prochaines semaines dans les autres établissements secondaires gersois. Le recteur de l'académie de Toulouse, Mostafa Fourar, était en déplacement mardi matin du côté du lycée Pardailhan à Auch accompagné notamment du Préfet du Gers, Xavier Brunetière, pour lancer la campagne de tests antigéniques dans les établissements scolaires gersois. Des tests rapides dont les résultats sont communiqués en quelques minutes qui se font sur la base du volontariat et qui s'adressent pour l'heure uniquement aux personnels des écoles, collèges et lycées. Au lycée Pardailhan, où était mené la première campagne de dépistage antigénique sur le département, près de 50% du personnel s'est porté volontaire pour participer à cette 1ère phase de dépistage. Ce sont donc 115 personnes qui seront testées au cours de cette semaine par des infirmières scolaires. Entretien avec Mustafa Fourar, recteur de l'Académie de Toulouse et Farid Djemmal, Dasen du Gers. 

Comment va s'organiser cette campagne de tests antigéniques dans les établissements gersois ?

Farid Djemmal, Dasen du Gers. "17 infirmiers et infirmières ont reçu il y a une semaine une formation pour pouvoir réaliser ces tests. Ce qui va permettre de positionner 7 sites dans le département pour donner la possibilité aux personnels de se faire tester. À ce jour, nous commençons avec le personnel du second degré. 760 se sont déjà déclarés volontaire pour se faire tester. Nous sommes actuellement en train de recenser pour le 1er degré. Pour l'heure, ils sont déjà 300 environ. Sur les deux semaines, on pourrait donc tester près de 1000 personnes ce qui permettrait de casser certaines chaines."

Pourquoi organiser ces tests massifs deux semaines avant les vacances de Noël ?

Moustafa Fourar, recteur de l'académie de Toulouse. Même si on l'avait lancé encore plus tard, il y aurait encore plus de monde parce que beaucoup de gens avant de rentrer chez eux pour les fêtes sont conscients qu'il faut protéger la famille. Donc ils veulent savoir où ils en sont. Il est toutefois important de rappeler que le test fait un jour, n’est pas valable pour le reste du temps. Ça doit inciter chacune, chacun, à faire encore plus attention, en espérant qu'on pourra passer des fêtes de Noël dans la sérénité."

D'autres campagnes de tests sont-elles prévues dès la rentrée en janvier dans les établissements scolaires ? 

Mustafa Fourar, recteur de l'académie de Toulouse. "A priori oui. En espérant qu'on ne va pas reproduire ça éternellement. Nous avons ciblé en priorité un certain nombre d'établissements selon certains critères objectifs notamment concernant la circulation du virus suivant la zone géographique, mais aussi en termes de cas de contamination dans tel ou tel établissement. C'est ce qui nous a permis d'identifier un certain nombre d'établissements prioritaire. Au fur et à mesure, qu'on aura l'arrivage des tests, on va élargir ce dispositif. Je tiens à remercier le personnel derrière leurs blouses blanches sagement installées (NDLR, les infirmières scolaires). C'est sur la base du volontariat du personnel infirmier de l'éducation nationale que repose ce dispositif."

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article