Nouvelle-Aquitaine : un plan d'aide de 5 millions d'euros pour le secteur viticole


19 octobre 2020

C'est l'un des nombreux secteurs impactés cette année par le coronavirus : l'industrie viticole. Afin de soutenir la filière, le gouvernement et des collectivités territoriales mettent en place des plans d'aides et de relance. C'est le cas notamment de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Le conseil régional a annoncé des mesures la semaine dernière prises en concertation avec les professionnels. Ce plan met sur la table près de 5 millions d'euros, répartis sur 3 ans jusqu'en 2022, afin d'aider le secteur. Il veut s'inscrire sur le long terme, et les mesures sont destinées à 2 types d'entreprises, explique Paul Fabre, le directeur de l'interprofession des vins du Sud-Ouest :

Une relance tournée vers l'écologie

« Le premier volet du plan [4 sur les 5 millions d'euros pour financer des projets de commercialisation, ndlr] concerne des entreprises qui sont, soit labellisées en agriculture biologique, soit dans une démarche agro-environnementale. Le deuxième volet du plan, à hauteur d'un million d'euros, est lui un renforcement des aides structurelles pour accompagner les entreprises souhaitant se faire certifier sur le plan environnemental. Donc, il s'agit de dire aux entreprises, "vous n'êtes pas certifiées, mais nous allons vous aider à l'être".

L'objectif est de se rapprocher des attentes des consommateurs qui demandent une viticulture plus respectueuse de l'environnement. Le coronavirus a en fait encouragé l'accélération de ces mutations déjà en cours dans le secteur. »

Des ventes en dents de scie depuis le début de l'année

Un secteur qui a été fragilisé ces derniers mois par les restrictions dues à la crise sanitaire de la COVID-19. Les ventes de vins du Sud-Ouest ont globalement alterné entre périodes de fortes baisses et de fortes hausses depuis le confinement selon Paul Fabre :

« Durant le confinement, le marché s'est bloqué. Nous avons perdu entre 22 et 35% de ventes selon les produits. Cela a été violent, bien qu'il y ait eu tout de même des cas particuliers. Des entreprises ont vu par exemple leurs ventes progresser après s'être orientées vers une vente et une clientèle situées à une échelle plus locale. »

L'été fût en revanche plus profitable pour les professionnels du secteur viticole. L'interprofession du Sud-Ouest a vu ses ventes augmenter jusqu'à 23%. Les clients français ont en effet été plus nombreux cette année dans les caveaux de dégustation.

« Mais à partir du mois de septembre, la crise s'est réinstallée, et nous avons recommencé à décrocher. Nous entrons dans une zone de danger. De nombreux salons adressés aux consommateurs, et notamment ceux de petites tailles, sont annulés juste avant Noël. Cela impacte surtout les petites exploitations et les vignerons indépendants. Et puis nous avons également des salons professionnels du début d'année prochaine, ou encore le Salon de l’Agriculture, qui seront perturbés voire annulés. »

F.P.

Crédit photo: Susanne Jutzeler, suju-foto de Pixabay

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article