Lot-et-Garonne : des boîtes de Noël solidaires pour les personnes isolées


07 décembre 2020
C'est une initiative à saluer en Lot-et-Garonne à quelques semaines des fêtes de fin d'année : la confection de boîtes de Noël solidaires destinées à des personnes dans le besoin. L'idée est née il y a quelques semaines dans le Nord-Est de la France. Dans notre département, c'est Amélie a importé il y a une dizaine de jours ce concept. Cette infirmière libérale a créé la page Facebook Boîtes de Noël 47 pour nous inciter à confectionner ces cadeaux solidaires.

Quel est le concept de ces boîtes solidaires ?

C'est un principe tout simple : on prend une boîte, du type boîte à chaussures par exemple. On y met à l'intérieur des bricoles pour faire plaisir : un objet chaud, une gourmandise, un loisir, un message sympa sur une carte, et un produit d'hygiène. Le but : c'est d'emballer la boîte comme un paquet cadeau que l'on mettrait sous le sapin, et ensuite de pouvoir l'offrir à des personnes qui n'ont pas forcément la chance de fêter Noël. Nous voulons leur apporter un peu de bonheur en cette période de fin d'année.

A qui sont distribuées ces boîtes ?

Cela peut être des SDF, des personnes âgées isolées, ou encore des personnes qui ont très peu de moyens. Et nous ciblons principalement des adultes : eux ne sont pas ciblés par les collectes de jouets comme le sont les enfants.

Si nous sommes intéressés par la confection de boîtes solidaires, où peut-on ensuite les donner ?

Nous avons des commerces dans le département qui se sont portés volontaires pour réceptionner ces boîtes (coiffeurs, esthéticiennes, épiceries, etc.). Ensuite, une association ou un volontaire de notre groupe se charge de les récupérer en points de collecte pour les redistribuer ensuite aux bénéficiaires. Nous avons au total une trentaine de points de collecte présents sur tout le département (la liste est disponible sur la page Facebook Boîtes de Noël 47, ndlr).

Comment avez-vous eu l'idée de mettre place ce type d'action en Lot-et-Garonne ?

Avec les réseaux sociaux, ma mère avait partagé l'opération sur le bassin d'Arcachon. Et avec une amie, nous nous sommes dits : « c'est une idée sympa, on devrait la faire chez nous ! ». Avec le bouche à oreille, l'opération a pris dans tout le département.

Je tiens beaucoup aux fêtes de fin d'années. C'est l'occasion pour beaucoup de se réunir en familles. Mais dans mon quotidien d'infirmière libérale, je croise beaucoup de personnes isolées. Les seules visites que ces gens peuvent avoir pour certains, ce sont les auxiliaires de vie ou les infirmières. Ils n'ont pas toujours de familles qui viennent leur rendre visite. Du coup, cela m'a toujours fait quelque chose de voir des gens qui ne peuvent pas fêter Noël. Je me suis dit, c'est le moment de mettre notre petite pierre à l'édifice pour les aider à recevoir un peu de bonheur en ce jour particulier.

F.P.

Crédit photo : Bicanski de Pixnio

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article