Le marché alimentaire jugé « vital » pour le bassin de vie, le maire de Saint-Clar demande une dérogation exceptionnelle à la Préfète pour le maintenir


26 mars 2020

Le feuilleton des marchés qui se poursuit dans le département. La position du gouvernement, clarifiée par la préfète du Gers, lors de son allocution à la presse, mardi, est claire : les marchés de plein vent et dans les halles sont interdits sur le territoire jusqu’à nouvel ordre pour limiter la propagation du COVID-19. Des dérogations exceptionnelles répondant à des critères extrêmement précis peuvent toutefois être accordées par les préfets dans certaines communes à la demande des maires. À ce jour, 4 communes du Gers ont fait cette demande. C’est notamment le cas de la commune de Saint-Clar en Lomagne, pour qui son marché du jeudi est jugé « vital » pour approvisionner son bassin de vie de près de 3000 habitants. « Les commerces locaux qui restent ouverts sont au nombre de 5, il y a notamment 4 alimentaires. Et ils sont sous pression. La population active, qui d’habitude est en déplacement, consomme à l’extérieur et localement. Et du coup, on se retrouve avec des besoins d’approvisionnement. Pour faire face à l’augmentation de la demande, le supermarché a dû embaucher 5 personnes. Les commerçants qui pour la moitié, ont réduit leurs horaires d’ouvertures. Et qui se consacre aussi dans l’autre partie de leur activité, à faire de la livraison à domicile chez les personnes confinées qui ne peuvent pas se déplacer. Et donc pour ne pas aggraver cette tension au niveau des commerces, tout le monde collégialement, on a trouvé un consensus pour demander une dérogation pour qu’on puisse maintenir le marché de plein vent », témoigne ce soir sur notre antenne, David Taupiac, le maire de Saint-Clar.

 Si le marché est maintenu, un employé municipal sera chargé de contrôler la bonne application des règles de sécurité sanitaire auprès des exposants et des consommateurs

Deuxième volet, indispensable pour obtenir cette dérogation : le volet sanitaire. David Taupiac, l’assure tout sera mis en place à Saint Clar, si le marché est maintenu, pour garantir la bonne application des mesures de sécurité, d’hygiène et de distanciation sociales qui sont imposées depuis le début de cette crise sanitaire. « Déjà nous avons un avantage, c’est que nous avons une place sur lequel le marché est organisé qui est assez grand où en période estivale, en pleine saison, on accueille plus de 50 exposants jusqu’à 1500 personnes par jour. Aujourd’hui en réduisant le marché aux commerces alimentaires, nous avons une dizaine d’exposants sur la place. Cela permet d’avoir une distanciation sociale vraiment importante entre chaque commerce. Et surtout, on met à disposition, un employé municipal qui gère le marché pour l’installation et pour le contrôle des règles de sécurité sanitaire qui sont mises en place depuis le début de la crise. Donc nous considérons, qu’avec tous ces éléments on a mesure d’organiser un marché qui respecte toutes les règles sanitaires qui sont exigées pour cette demande de dérogation. » La préfète du Gers, Catherine Séguin devrait rendre sa décision demain concernant le maintien ou non du marché à Saint-Clar.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article