Hôpital psy : à Auch ce matin, la CGT veut interpeller le directeur pour obtenir la revalorisation du Ségur


14 janvier 2021

Les salariés du CHS d'Auch comptent interpeller la direction de l'établissement ce matin, à l'appel de la CGT du centre hospitalier du Gers. En cause ? La volonté du syndicat de ne pas céder sur le dossier brûlant des « oubliés » du Ségur, toujours non compris dans le programme de revalorisation des salaires à hauteur de 183 euros mensuels. Au CHS d'Auch, deux services sont impactés, la MAS "Villeneuve" et le Csapa "Arthur Rimbaud" où des banderoles ornent l'entrée des établissements depuis quelques temps. Fabrice Lamarque, de la CGT Santé du Gers, appelle à la convergence, à une semaine d'une nouvelle manifestation.

2020 s'est terminée par des manifestations sur les « oubliés » du Ségur. Visiblement rien n'a évolué, on prend les mêmes et on recommence ?

Rien n'a changé car ce Ségur met sur la touche 40 000 salariés dans notre pays. Ils n'en bénéficient pas et à l'hôpital psychiatrique d'Auch, c'est une quarantaine de salariés qui se trouvent privés de ces 183 euros alors qu'ils font le même travail que ceux qui ont obtenu la revalorisation. Ça justifie notre colère qu'on ira exprimer auprès du directeur ce matin. A l'hôpital de Chartes, la direction a octroyé ces 183 euros. On va demander à notre directeur de faire la même chose.

Un combat qui est parti pour s'inscrire dans la durée?

Ça va durer oui. Car c'est bien plus qu'il faudrait. Pour vous donner une idée, les infirmières françaises sont payées au même niveau que les infirmières turques. Ce n'est pas étonnant qu'il manque aujourd'hui du personnel de santé, y compris des médecins. Il n'y en a plus dans le Gers et c'est parce qu'ils sont aussi mal payés. Il y aura d'autres combats, comme le fait qu'il n'y ait pas d'IRM à Condom. Des gens s'en vont aussi parce que les conditions de travail ne sont pas à la hauteur de ce que ça pourrait être, on va aussi demander des ouvertures de lits, la pandémie a prouvé qu'il en manquait.

Deux services sont concernés au CHS. C'est le cas aussi d'autres structures dans le Gers et vous appelez à une convergence des luttes.

Oui, elle existe déjà depuis septembre. On a eu deux journées d'action sur le sujet et pas plus tard que le 21 janvier prochain, la Santé gersoise sera dans la rue.

N.M

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article