Grippe aviaire : « Ils vont nous envoyer les vétos d’un moment à l’autre »


24 décembre 2020

Si le virus de la Covid-19 malmène notre quotidien depuis des mois, une autre souche hautement pathogène risque d’amplifier les difficultés auxquelles sont déjà confrontés les éleveurs de volailles. Mardi, un élevage de Labatut-Rivière, à l’extrême nord des Hautes-Pyrénées et frontalier avec le département du Gers, a été concerné par un abattage de palmipèdes après une forte suspicion de cas d’influenza aviaire. Une découverte qui a contraint la préfecture du Gers à placer quatre communes du sud du Gers en Zone de Contrôle Temporaire (ZCT) par un arrêté préfectoral. Une mesure « nécessaire » mais qui accentue la détresse économique et sociale dans laquelle se trouve des éleveurs de ces communes, soumises à de nouvelles obligations. Dans ce périmètre réglementaire de 5 km autour du foyer , figurent Ladevèze-Ville, Ladevèze-Rivière, Tieste-Uragnoux et Armentieux. Depuis hier, les éleveurs doivent, entre autres, interdire toute volaille et autre oiseau captif d’entrer dans les exploitations ou en sortir. Les rassemblements d’oiseaux tels que les foires, marchés et les expositions sont aussi interdits. Chez Grégory Totain, un élevage de volailles situé à Tieste-Uragnoux, la crise sanitaire a déjà fragilisé l’exploitation. « On a déjà la crise du covid qui fait mal et maintenant la grippe aviaire. A mon avis, ils vont faire venir des vétos dans nos exploitations. C’est déjà difficile parce que je ne fonctionne avec aucune structure, je suis indépendant. »  Cet éleveur de volailles, de porcs noir et boeufs, a perdu 49% de son chiffre d’affaires par rapport à l’année dernière, impacté notamment par la crise sanitaire et la fermeture des restaurants. "Ca va ralentir notre production même si le plus gros a déjà été fait, on a terminé nos volumes de l’année. Mais depuis mercredi matin, plus rien ne sort ni entre dans l’exploitation. Pour combien de temps? On ne sait pas ». 

Au-delà de ces 4 communes, il est rappelé que la vigilance reste impérative dans l’ensemble du département pour éviter la propagation du virus. Les mesures de biosécurité à respecter par les professionnels comme par les particuliers (basses-cours) sont consultables à cette adresse : mesures de biosécurité

N.M

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article