Gers : masques, gants, visières, draps jetables, les esthéticiennes soignent leur retour


04 mai 2020

Avec les coiffeurs, c’est un autre corps de métier dont la reprise dès la fin du confinement est particulièrement attendue par de nombreux citoyens, soucieux de se faire de nouveau chouchouter après plusieurs semaines difficiles : les esthéticiennes. Si, le déconfinement progressif est confirmé le 11 mai, les 90 instituts de beauté du Gers devraient rouvrir leurs portes, après près de 2 mois de fermeture. Une réouverture sous conditions qui passe par la mise en place d’un protocole sanitaire très strict dans les instituts. Si, le cahier des charges n’a pas encore été officiellement communiqué, des premières consignes ont déjà été transmises aux exploitants des salons pour qu’ils puissent s’organiser. Parmi ces mesures : "le lavage des mains avant et après chaque prestation, avec du savon ou du gel hydroalcoolique. L'utilisation des gants. La désinfection des poignets de portes, le changement systématique du linge ou protection intégrale avec des draps jetables. L'aération des cabines, le nettoyage de chaque appareil après chaque utilisation. L'utilisation de spatule jetable ou encore le menage minutieux de l'institut", informe Celine Zanardo, gérante de l'nstitut de beauté "Céline Beauté" à Vic-Fezensac et trésorière de la Confédération Nationale Artisanale des instituts de Beauté du Gers.

Masques, gants, visières, plexiglass

Concernant le port du masque dans les instituts, la principale interrogation, il sera conseillé pour les clients de venir avec, mais pas obligatoire. En revanche, pour les professionels, il sera de rigeur, souligne Céline Zanardo. "On aura un masque, une visière et des surblouses jetables. Et ceux qui le souhaitent pourront mettre en place une plaque de plexiglass sur le bureau de la table de manucure". 

Déjà de nombreuses réservations

Des nouvelles mesures d'hygiènes renforcées qui ne semblent refroidir les clients. À l'institut "Celine Beauté" à Vic-Fezensac, les appels pour prendre rendez-vous se multiplient ces derniers jours. Le planning pour la première semaine du déconfinement est même déjà quasi-rempli. Face à ce boom de clients, sa gérante Celine Zanardo, envisage comme de nombreux confrères, d'élargir les horaires d’ouvertures pour essayer de contenter le plus de monde possible. " Nous allons probablement adapter nos horaires d'ouverture. Je pense qu'on commencera 1h plus tôt et qu'on finira 1h plus tard."

Une augmentation des tarifs ? 

Profession déjà à cheval sur les règles sanitaires, les professionnels de l’esthétique vont donc devoir encore redoubler de vigilance dès leur réouverture. L’achat d’équipements supplémentaires de protection, aura-t-il une incidence sur le prix des prestations ? "Peut-être que certains mettront en place une petite éco-taxe du COVID-19. Après, il faut savoir que déjà on se servait de pas mal de jetables, de gants, de lingettes désinfectantes, donc déjà, on avait un budget pour l'hygiène assez important. Maintenant, chaque chef d'entreprise se réservera le droit d'augmenter ses tarifs. Moi, personnellement, je ne vais pas le faire, " confie Céline Zanardo.

Commentaires(1)

Connectez-vous pour commenter cet article
corinne, il y a 1 mois
le métier des esthéticiennes implique un rapport direct, proche et permanent avec la clientèle et certains soins esthétiques peuvent exposer à des risques biologiques par l'intermédiaire de matériels ou de linge souillés, contaminés et donc à des risques infectieux : les salons sont donc des lieux de travail à risques, notamment pour les voies respiratoires et les risques biologiques : des moyens de prévention sont à mettre en œuvre : "La prévention des risques professionnels des esthéticiennes" : http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=396