Gers : la secrétaire d’État Olivia Grégoire à la rencontre des acteurs de l’Économie Sociale et Solidaire


10 décembre 2020

Il pèse pour 14% des emplois dans le Gers : c'est le secteur de l'ESS, l’Économie Sociale et Solidaire. Plus de 7.100 salariés y travaillent dans le département. Ce mercredi matin, six responsables d'associations, de coopératives, et de d'autres structures à utilité sociale (AG2I, Kanopé ou encore la Banque Alimentaire...) ont échangé par visioconférence avec Olivia Grégoire, la secrétaire d’État chargée de l’Économie Sociale et Solidaire depuis juillet dernier.

« Cette économie est très présente, mais nous ne la voyons pas forcément »

La discussion avait été organisée par Jean-René Cazeneuve, le député LREM de la 1ère circonscription du Gers. Pendant plus d'heure, la secrétaire d’État a répondu aux questions et inquiétudes des responsables de ces structures sur des sujets variés (crise sanitaire, loi EGALIM, situation des personnes handicapées, etc.). Lors de cette rencontre, Olivia Grégoire a tenu à rappeler l'importance de cette économie sociale et solidaire :

« Cette économie est très présente, mais nous ne la voyons pas forcément parce qu'elle n'est pas revendicative. C'est une économie qui a souvent été modeste : elle fait beaucoup avec pas grand chose. Cela fait parti son ADN. C'est une économie discrète, mais elle est très implantée sur le territoire. Par exemple, plus d'1 Français sur 2 est accompagné par un acteur de l'économie sociale et solidaire. 54% des Français sont soignés par des mutuelles appartenant à l'ESS. Plus d'1 agriculteur sur 2 est membre d'une coopérative. »

Ces derniers mois, comme de nombreux secteurs, l'économie sociale et solidaire est impactée par la crise liée au coronavirus. Olivia Grégoire a tenu à rassurer les acteurs sur le soutien de l’État. En plus du fond de soutien traditionnel pour les entreprises et les salariés, la secrétaire d’État a notamment insisté sur la mise en place d'un fond de soutien destiné spécifiquement aux structures de l'ESS. Des aides mensuelles allant jusqu'à 10.000 euros par mois selon le type de structures sont mises en place.

Lancement d'une plate-forme en ligne pour renseigner les structures sur les aides auxquelles elles sont éligibles

Mais au cours de la rencontre, plusieurs responsables de structures ont fait part de leur manque de temps à consacrer pour demander ces aides. En réponse, la secrétaire d’État a notamment annoncé le lancement ce mercredi d'une plate-forme sur le site de la Banque des Territoires. Elle aide spécifiquement les structures de l'ESS à se repérer parmi les mesures d'aide mises en place. Objectif : aiguiller de manière personnalisée ces structures vers les aides auxquelles elles ont droit :

« Le site vous demande quel type de structure êtes-vous, combien vous comptez de collaborateurs, si vous avez déjà eu accès à des aides... Et par un chemin d'entonnoir, le site vous donne la liste des aides, et surtout comme y avoir accès. L'idée, c'est de faciliter la tâche le plus possible. »

Cette plate-forme est disponible à l'adresse suivante : https://www.banquedesterritoires.fr/assistant-projet-plan-ess

F.P.

Crédit photo : Ministère de l'Économie, des Finances et de la Relance

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article