Gers : inquiets pour leur pouvoir d'achat, les retraités appellent à se mobiliser... en ligne faute de pouvoir manifester


18 novembre 2020

Ils se disent "menacés" et particulièrement inquiets pour leur pouvoir d'achat : les retraités. Alors qu'ils estiment payer un lourd tribut dans cette pandémie de la COVID-19, ils ne veulent pas en plus de cette crise sanitaire, voir leurs ressources diminuer. Des craintes nombreuses notamment dans le Gers où de nombreux retraités vivent en dessous du seuil de pauvreté, soit moins de 1050€ par mois. Le département affiche d'ailleurs un triste record : plus de 23% des +75 ans vivent en dessous de ce seuil de pauvreté, selon un rapport publié par l'INSEE. Il s'agit du taux le plus élevé de la région Occitanie. Face à cette situation et à certains projets de loi du gouvernement lié aux retraites, les organisations syndicales de retraités tirent la sonnette d'alarme. "On revendique surtout le fait qu'il y a une perte du pouvoir d'achat depuis 12 ans pour les retraités. Une perte qui est évaluée à 4% par rapport à l'inflation. Deuxième chose que l'on dénonce c'est qu'on veut faire payer aux retraités la création de la 5e branche de la Sécurité Sociale pour la dépendance. La barque est largement chargée. Les retraités aujourd'hui ne sont pas des nantis et pourtant on leur fait payer au même titre que les actifs la crise sanitaire et les conséquences de cette crise au plan économique et social", s'indigne Eric Férron, de la CGT retraite.

Ils réclament une revalorisation des pensions, une prime immédiate de 100 euros et des moyens pour les hôpitaux

Il invite comme d'autres de ses homologues syndicaux, les retraités à se mobiliser afin de réclamer des aides exceptionnelles au gouvernement. Mais confinement oblige, les syndicats appellent non pas à se faire entendre dans la rue mais sur la toile où une pétition commune a été crée par sept organisations de retraités. Intitulée "ne touchez pas au pouvoir d'achat des retraités", elle a déjà récolté près de 6000 signatures. Dans cette lettre qui sera adressée prochainement au président de la République, Emmanuel Macron, les syndicats demandant notamment une prime immédiate de 100€ et une revalorisation des pensions. Mais également davantage de moyens dans les hôpitaux et dans les EHPAD."La situation est préoccupante, donc nous demandons des mesures sérieuses au gouvernement pour prendre en compte cette situation. On demande notamment à l'Etat d'allouer beaucoup plus de moyens dans les hôpitaux et les EHPAD, pour prendre en charge la perte d'autonomie pour que les retraités puissent accéder à des droits qui sont des droits naturels et sociaux que nous revendiquons aujourd'hui", souligne Joel Rambaud de la Fédération syndicale unitaire (FSU). 

E.R

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article