Gers : des opérations de démoustication menées suite au passage d’un voyageur touché par un virus tropical

16 septembre 2022 à 10h54

La chasse contre le moustique tigre se poursuit dans le Gers. Plusieurs opérations de démoustication ciblées contre le moustique tigre ont été menées ces dernières nuit dans les communes de Mirande et Miélan dans des zones spécifiques. Des opérations réalisées à la demande de l'Agence régionale de santé d'Occitanie suite au passage d'une personne porteuse d'un virus tropical dans ces communes, couplé à la présence de moustiques tigres dans le secteur. Cet insecte originaire d'Asie du Sud-Est peut transmettre des maladies infectieuses grave comme la dengue ou Zika après avoir piqué une personne en cours de virémie. On estime à près de 130 communes gersoises colonisées par le moustique tigre, soit plus de 69% de la population gersoise. 

"Ces opérations, réalisées à titre exceptionnel, dans un rayon d’action de 150 mètres autour des zones fréquentées par cette personne ont pour objectif d’éviter la mise en place d’une potentielle chaîne de transmission locale de ces maladies en détruisant tous les moustiques et gîtes larvaires présents à proximité des lieux de vie ou de fréquentation de personne en cours de virémie. Ces interventions, d’une durée d’environ une heure et sur des superficies limitées, consistent en une pulvérisation d’insecticide par un véhicule depuis la voie publique, complétées si nécessaire par des interventions pédestres à l’aide d’appareils portatifs", explique la Préfecture du Gers. 

Le moustique tigre pond et se développe dans l’eau stagnante (petits objets et récipients en eau à proximité des habitations). Il a un rayon d’action très court (moins de 150 mètres). Le seul moyen d’agir sur sa densité est donc l’élimination définitive, ou à défaut la surveillance régulière (bi-hebdomadaire), de tous les gîtes larvaires autour de la maison (privé et public).

Conseils pratiques pour limiter la prolifération des moustiques chez soi :

Le moustique qui vous pique bien souvent ne vole pas à plus de 150 mètres de son lieu d’apparition. Les bons réflexes sont donc des gestes de proximité réguliers et collectifs :

  • Éliminer les endroits où l’eau peut stagner : petits détritus, encombrants, déchets verts… Les pneus usagés peuvent être remplis de terre, si vous ne voulez pas les jeter.

  • Changer l’eau des plantes et des fleurs une fois par semaine ou, si possible, supprimer ou remplir de sable les soucoupes des pots de fleurs, remplacer l’eau des vases par du sable humide.

  • Vérifier le bon écoulement des eaux de pluie et des eaux usées et nettoyer régulièrement : gouttières, regards, caniveaux et drainages.

  • Couvrir les réservoirs d’eau (bidons d’eau, citernes, bassins) avec un voile moustiquaire ou un simple tissu.

  • Couvrir les petites piscines hors d’usage et évacuer l’eau des bâches ou traiter l’eau (javel, galet de chlore, etc.).

  • Éliminer les lieux de repos des moustiques adultes : débroussailler et tailler les herbes hautes et les haies, élaguer les arbres, ramasser les fruits tombés et les débris végétaux, réduire les sources d’humidité (limiter l’arrosage), entretenir votre jardin.

Conseils pratiques pour limiter le risque de piqûres de moustiques :

  • Utiliser des diffuseurs d’insecticides en intérieur et des serpentins en extérieur, des désinsectiseurs…

  • Utiliser des produits répulsifs individuels efficaces.

  • Mettre en place des moustiquaires.

  • Porter des vêtements clairs amples et couvrants.

  • Maintenir la fraîcheur des pièces.

  • Tendre des pièges attractifs après avoir éliminé les lieux de pontes.

  • Utiliser des ventilateurs qui perturbent le vol du moustique

Par ailleurs, il est fortement recommandé pour les personnes de retour de zones tropicales de se protéger des moustiques pendant sept jours et, en cas de forte fièvre et fatigue durant cette période, de dire à votre médecin traitant les zones que vous avez fréquentées.

E.R

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article