Gers : après une année 2020 "catastrophique", les syndicats agricoles réclament au gouvernement des aides financières exceptionnelles


12 octobre 2020

C'est une année 2020 à oublier pour de nombreux secteurs dont l'Agriculture, première économie du Gers. Depuis le début de l'année, la filière agricole du noir. Entre la crise sanitaire liée à pandémie de la COVID-19, des conditions climatiques défavorables (Pluies diluviennes, grêle, sècheresse et canicule) à l'origine de moissons catastrophiques, les "pires du siècle" pour certains, ou encore des cours mondiaux historiquement bas, le bilan dressé par les syndicats lors de la rentrée agricole il y a quelques semaines est alarmant. La FDSEA et les Jeunes Agriculteurs du Gers, syndicats majoritaire, tirent la sonnette d'alarme et ont notamment demandé au Préfet du département, Xavier Brunetière, la mise en place d'aides exceptionnelles dans les plus brefs délais. Les précisions de Christian Cardona, le président de la FDSEA du Gers. "Il faut absolument intervenir le plus rapidement possible pour redonner de la trésorerie dans les exploitations agricoles dans le département à travers notamment un dégrèvement total de la TFNB (Taxe foncière non bâtie). On demande également de pouvoir avoir accès à ce que l'on appelle le fonds d'allégement des charges avec notamment l'accès auprès des agriculteurs d'une sorte de PGE (Prêt de garantie de l'État) pour pouvoir financer la trésorerie d'ici la fin de l'année avec un accès et des conditions allégés pour aller le plus rapidement possible sur ce type d'aides."

Ressource en eau, les syndicats demandent au gouvernement des aménagements 

Et c'est l'autre dossier brulant : la question de l'irrigation des cultures. Alors que les arrêtés anti-sécheresse limitant les arrosages en journée des cultures ont été nombreux cet été dans le Gers, comme un peu partout dans le pays, les syndicats agricoles demandent aux gouvernements des assouplissements dans la réglementation. "On demande au gouvernement notamment d'avoir un allégement sur certaines réglementations par rapport à notre relief et également d'avoir un plan de financement sur ces ressources en eau. On sent bien qu'aujourd'hui l'effet climatique est de plus en plus néfaste sur nos productions et sur nos résultats. Il est nécessaire d'avoir une politique de bon père de famille en stockant de l'eau hiver pour pouvoir l'utiliser l'été", souligne Christian Cardona. Des revendications "d'urgence" qui ont été exprimées au président de la République, Emmanuel Macron lors de sa visite dans le Gers. 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article