Gers : à 23 ans, elle sauve une personne en arrêt cardiaque grâce à l'application Staying alive


23 février 2021

Une Fleurantine de 23 ans, Marie Gonella, assistante de la petite enfance à la crèche de la ville, gendarme réserviste depuis 2016 et bon samaritain, a sauvé une vie grâce à l’application Staying Alive.

Le 28 janvier dernier à 11h40, alors qu’elle rentrait chez elle après avoir fait des courses, le téléphone de Marie sonne. C’est l’application Staying Alive qui la prévient qu’une personne est en arrêt cardiaque à proximité du lieu où elle se trouve. Un message lui indique « Souhaitez-vous intervenir ? ». « J'ai répondu oui sans hésiter. L'application nous dit de prendre un masque et des gants avec la Covid-19 et ça lance le trajet vers cette personne puis le SDIS nous appelle ». Elle se rendra en trois minutes auprès de la victime, place de la République, à 500 mètres de chez elle. La situation est dramatique, la victime est allongée sur un banc, inconsciente et sans respiration. Elle la place sur le sol avec l’aide de témoins et commence le massage cardiaque, sur les conseils de l’opérateur CTA toujours en ligne. « Les gestes sont revenus automatiquement » confie-t-elle. « Je n’étais pas sûre qu’il repartirait, je ne savais pas depuis combien de temps il était en arrêt cardiaque. Il faut intervenir très vite, masser le cœur, le temps de l'arrivée des secours car les minutes sont cruciales et la victime peut garder des séquelles ». Marie voit arriver les secours. Les sapeurs-pompiers prennent le relais, soutenus quelques minutes plus tard par les personnels du SMUR d’Auch. La victime a pu être ranimée et une fois stabilisée, elle a été transportée à l’hôpital d’Auch.

Pas une première

Ce n’est pas la première fois que Marie est confrontée à des situations d’urgence. Il y a quelques années, elle a été témoin d’un accident entre un scooter et un poids-lourd. Elle avait alors pu apporter son aide en attendant les secours. « C'était un accident sur lequel j'avais dû intervenir mais ce n'était pas un arrêt cardiaque comme à Fleurance. J'étais en civil mais j'avais pu prodiguer les premiers soins ». A Fleurance, Marie se souvient qu’à son arrivée sur les lieux, il y avait beaucoup de monde autour de la victime mais malheureusement, personne n’a su agir et lui apporter le défibrillateur qui était pourtant installé à quelques mètres de là, sur la place.

Vous aussi, formez-vous aux gestes de premiers secours, inscrivez-vous sur l’application Staying Alive https://www.stayingalive.org pour devenir Bon samaritain, être géolocalisé en cas de besoin et nous aider à sauver des vies.

N.M

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article