Déploiement dans le Gers des bracelets anti-rapprochements pour mieux lutter contre les violences conjugales


15 janvier 2021

"C'est une pierre nouvelle au mur que nous essayons de dresser contre les violences conjugales", les mots du Procureur d'Auch, Jacques-Edouard Andrault, lors de la présentation au Tribunal des bracelets anti-rapprochements. Destinés à tenir éloignés les conjoints et ex-conjoints violents grâce à un système de géolocalisation et à mieux protéger les victimes, la généralisation de cet équipement était l'un des engagements pris dans le cadre du Grenelle contre les violences conjugales. Expérimentés ces derniers mois dans 5 départements du pays, ils sont désormais généralisés dans toute la France. Et notamment dans le Gers, où le tribunal d'Auch a désormais à sa disposition trois de ses bracelets. Un dispositif qui pourrait changer le quotidien des victimes, qui sont de plus en plus nombreuses, notamment dans le Gers, où les affaires de violences conjugales sont en nette hausse en 2020, par rapport à 2019, selon les chiffres communiqués par le parquet. Une nouvelle arme, qui vient compléter une artilerie lourde déployée sur le département pour endiguer ce fléau, comme le rappelle le procureur d'Auch.

"Avec ce nouveau dispositif, on se dote d'un outil supplémentaire. Ça ne remplace pas les autres dispositifs. C'est une pierre nouvelle à l'édifice de la lutte contre les violences conjugales dans ce département. C'est un dispositif qui a été inspiré de ce qui se passe en Espagne depuis plusieurs années et qui porte ses fruits."

Un fonctionnement simple

Quant au fonctionnement de ce nouvel outil de surveillance électronique, il est très simple. Auteurs, comme victimes, n'ont pas besoin de suivre la moindre formation, juste de se déplacer avec leur boitier respectif au quotidien dans leurs déplacements. Nathalie Rambert, directrice des services pénitentiaires d'insertion et de probation du Gers revient plus en détails sur le fonctionnement de cet équipement. 

"La victime a l'équivalent d'un téléphone, ce que l'on appelle aujourd'hui un téléphone grand danger, mais qui là est perfectionné. Puisque l'auteur va aussi avoir un téléphone, mais aussi un bracelet. Un bracelet qui va permettre à notre prestataire alliance de le géolocaliser en permanence. Il va y avoir une zone de distanciation avec la victime qui va être déterminée par la juridiction et lorsque l'auteur va rentrer d'abord dans une zone de pré-alerte il va être contacté par le prestataire, qui va aussi informer les forces de sécurité. À ce moment-là, il va y avoir soit une intervention des forces de police ou de gendarmerie, soit l'auteur se retire et comprends qu'il n'a rien à faire dans cette zone."

3 bracelets à disposition dans le Gers

Le tribunal d'Auch aura à sa disposition pour l'heure trois bracelets anti-rapprochement. "C'est susceptible d'une évolution à la hausse. Si j'en attribue un aujourd'hui, le service pénitentaire d'insertion et de probation pourra en commander un autre, pour pouvoir être en mesure de faire face en urgence à un besoin immédiat", souligne le procureur d'Auch.

E.R

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article