Déconfinement : le Centre Hospitalier d'Auch redouble de vigilance, de nouvelles mesures de sécurité en vigueur dès ce lundi


11 mai 2020

Ne soyez pas surpris si vous trouvez les portes de l’entrée principale du Centre hospitalier d’Auch fermées aujourd’hui. Elles le seront jusqu’à "nouvel ordre". C’est l’une des nouvelles mesures de sécurité adoptées au sein de l’établissement en vue du déconfinement qui débute aujourd’hui dans le pays. Système de filtration à l'entrée de l'hôpital, port du masque "fortement conseillé", reprise des consultations avec un protocole particulier pour la prise de rendez-vous, la directrice du centre hospitalier d'Auch, Sylvie Lacarriere et le docteur Véronique Lejeune-Saada, présidente de la commission médicale d'établissement au CH reviennent plus en détail sur cette nouvelle organisation en vigueur dès ce lundi 11 mai au sein de l'établissement, comme dans la grande majorité des hôpitaux de l'Hexagone.

Comment va s'organiser l'hôpital d'Auch dès ce lundi 11 mai, début du déconfinement ? 

Syvie Lacarriere, directrice du CH d'Auch. "On a prévu d'organiser l'hôpital et la venue des patients de façon très organisé, pour qu'on puisse accueillir des patients sur un parcours de l'intérieur vers l'extérieur, sans croisement de personnes. Donc, on prévoit, une fermeture des portes de l'hôpital avec une personne à l'entrée de l'établissement qui rencontrera toute personne qui veut rentrer dans l'hôpital pour savoir si c'est quelqu'un qui est attendu en consultation ou qui doit aller dans un service. Cette personne devra porter un masque, si elle ne le porte pas, on lui proposera un masque tout public (gratuitement) pour rentrer et elle sera accompagnée soit vers les consultations soit vers l'ascenseur qui mène vers les services. On veut absolument éviter que dès ce lundi 11 mai, on est un nombre important de personnes, visiteurs ou autres, qui rentrent dans l'hôpital et qui croisent patients et personnels. Donc, on ferme les portes et on veille à ce que seuls les patients qui doivent venir à l'hôpital rentrent dans l'hôpital, avec toute la sécurité sanitaire qui est nécessaire."

Concernant les visites, elles resteront très exceptionnelles ... 

Sylvie Lacarrière, directrice du CH d'Auch. "On veut absolument éviter un nombre de personnes dans l'établissement qui ne sont pas là pour être soignées. Donc, toutes les personnes qui sont aujourd'hui hospitalisées, qui peuvent se déplacer par eux-mêmes ou qui peuvent être déplacées en fauteuil roulant, on va privilégier une sortie vers l'extérieur pour les visites. En rappelant bien sûr, qu'il faut absolument maintenir une distanciation sociale d'au moins 1m50 entre eux. S'il y a une nécessité pour qu'il y ait une visite en chambre, elle sera aussi organisée, mais de façon assez exceptionnelle selon les cas et les services (maternité, pédiatrie et réanimation)."

À partir de ce lundi, la plupart des consultations spécialisées reprennent au centre hospitalier, avec un protocole particulier, comment faire pour obtenir un rendez-vous avec son spécialiste ? 

Dr Véronique Lejeune-Saada. "Les patients auront d'abord un appel téléphonique pour vérifier que la consultation présentielle est bien nécessaire et que la consultation ne peut pas se faire avec la même qualité par téléphone. Si, leur présence est vraiment nécessaire, ils auront la veille, un appel par la secrétaire qui leur expliquera les modalités (NDLR, ref 1ère question)."

Docteur, craignez-vous ce déconfinement ? 

Dr Véronique Lejeune-Saada. "Oui. Je pense que comme l'ensemble du corps soignant, on le craint parce qu'on redoute tous que la circulation du virus reprenne. Donc, il faut absolument pour que cette liberté qu'on nous donne ne mette pas à bas tous les efforts qu'on fait depuis 2 mois que les gens respectent ce qu'on leur demande. C'est-à-dire rester à distance les uns des autres, ce qui veut dire avoir encore cette frustration de ne pas pouvoir se rapprocher physiquement de ses proches".

Beaucoup de Gersois se sont tenus à l’écart du système de santé pour ne pas surcharger les soignants durant cette crise sanitaire, quel message avez-vous à leur adresser ? 

Dr Véronique Lejeune-Saada. "Les services d'urgence ont été quasiment désertifiés pendant les premières semaines de l'épidémie. Depuis quelques jours, l'activité des urgences augmente. Probablement, parce que beaucoup de gens n'ont pas osé venir vers l'hôpital pendant toutes ces semaines et arrivent maintenant, parfois, avec des maladies qui ont avancé. Il faut vraiment que les gens reviennent au système de santé autrement que les urgences. C'est-à-dire en reprenant contact par téléphone avec leur médecin traitant ou spécialiste pour reprendre leur suivi."

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article