Déconfinement : des libertés retrouvées, mais sous conditions et surveillance, le point avec la Préfète du Gers


04 juin 2020

La vie qui retrouve progressivement son cours dans le département, comme dans l'ensemble des zones vertes du pays. Depuis mardi et le début de la 2e phase de déconfinement progressif, de nombreux changements sont à souligner : avec notamment la réouverture des bars, cafés, restaurants, ou encore la suppression de la limite de déplacement des 100 Km. Des réouvertures qui restent toutefois encadrées par des mesures sanitaires strictes afin de continuer à faire respecter la distanciation sociale et les gestes barrières nécessaires pour limiter la propagation du virus. La Préfète du Gers, Catherine Séguin, qui a réuni hier la presse locale pour faire un point sur cette nouvelle phase de déconfinement, a appelé les citoyens Gersois dont elle a salué leur comportement depuis le début de cette crise, à continuer à faire preuve de vigilance.

Rassemblements de plus de 10 personnes interdits

Elle a également rappelé que des restrictions perdurent encore. "Effectivement, aujourd'hui ils subsistent encore des restrictions. La première d'entre elles, qui n'est pas forcément simple à comprendre, c'est la participation à un rassemblement de + de 10 personnes sur la voie publique ou dans un lieu public. C'est extrêmement important. Prenons l'exemple d'un marché en plein air qui accueille jusqu'à simultanément 200 à 250 voire plus, voire dans certains cas beaucoup moins, mais le rassemblement à proprement dit de + de 10 personnes est interdit. Pourquoi ? Parce que quand on dit rassemblement, on dit agglomération, et cela constitue une prise de risque, c'est comme cela que ça a été établi par les autorités sanitaires et par le conseil scientifique.

Les cinémas, discothèques, salles de jeux restent fermés

Parmi les autres interdits qui subsistent, les cinémas qui restent fermés jusqu'au 22 juin, sous réserve de la situation sanitaire. Mais également, les discothèques et salles de jeux. L'accès aux colonies de vacances et autres camps est également interdit. "On réfléchit à la possibilité de s'y inscrire très prochainement. C'est actuellement examiné. Cette possibilité sera tranchée dans les jours qui viennent avant le 22 juin. Pour les sportifs pratiquant un sport collectif, il faudra encore patienter. "Les sports collectifs et les sports de contact de même que la possibilité d'accueillir du public dans les stades, arènes ou encore les hippodromes, tout ceci est encore sous le coup d'une interdiction", souligne la préfète.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article