Déconfinement : ATMO constate une augmentation de 70 % d'oxyde d'azote dans l'air


03 juin 2020

La qualité de l'air se dégrade progressivement depuis l'amorce du déconfinement en France. Un fait auquel tout le monde s'attendait, les déplacements étant réautorisés à plus de 100 km depuis le 2 juin, et la reprise du travail depuis la première phase du déconfinement le 11 mai dernier. Le seuil de pollutionpar rapport à la même période sur les années précédentes, n'est cependant pas encore atteint. Entretien avec Dominique Tilak, directrice de ATMO Occitanie, l'organisme chargé de la surveillance de la qualité de l'air dans notre région. 

 

Quel premier bilan peut-on tirer sur la qualité de l'air après les deux premières phases de déconfinement?

 On observe une augmentation de la pollution notamment liée aux oxydes d'azote et au trafic routier. Puisque pendant ces deux premières semaines nous constations une augmentation de 70 % d'oxyde d'azote dans l'air par rapport à la période de confinement. Mais attention : nous étions pendant cette même période à des statistiques de pollution extrêmement basses, jamais enregistrées par nos stations.
 

On parle souvent des véhicules comme principaux polluants. Avec la reprise de l'emploi, les usines doivent aussi jouer une part importante dans la concentration de particules?

Le polluant sur lequel on observe la plus grande baisse en terme de concentration sur cette période de confinement, c'est le dioxyde d'azote. La principale émission de ce polluant est liée au trafic routier. L'arrêt quasi-total de la circulation a entraîné une baisse de production d'acide d'azote aussi bien dans des grandes villes que dans des situations beaucoup éloignées.

 

Les Français selon plusieurs sondages ont, pour la très grande majorité, annoncé qu'ils passeraient leurs vacances en France. Notre région fait partie du trio français qui en accueille le plus. Il faudra s'attendre à un important trafic routier ces prochaines semaines...

Nous nous attendons effectivement à une augmentation du trafic et nous ferons un focus sur la concentration de polluants. Nous allons suivre de très près l'évolution des déplacements qui ont peut-être changé aussi avec cet épisode de crise sanitaire. En tous cas, même si on constate une augmentation de la pollution depuis le confinement, on a toujours pas atteint le seuil des années précédentes à la même période. 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article