Covid-19 : le Conseil Départemental du Gers adopte un "Plan Marshall" de 4 millions d'euros pour relancer l'économie départementale


15 mai 2020

Le département du Gers passe à l'action pour répondre à la fois à la situation sanitaire d'aujourd'hui et au choc économique à venir : avec un "Plan Marshall départemental" de plus de 4 millions d'euros. Un dispositif exceptionnel, dont Philippe Martin avait détaillé les grandes lignes en exclusivité sur notre antenne, il y a quelques semaines. Le plan a été adopté aujourd'hui à l'unanimité par les conseillers départementaux réunis en assemblée plénière dans l’hémicycle du département. Face au contexte actuel, seuls 14 élus sur les 36 que compte le département ont pu participer à cette séance, "l'une des plus inédites de l'histoire de notre collectivité » a déclaré le président Philippe Martin, qui nous a accordé un entretien ce matin pour évoquer plus en détail ce plan de relance exceptionnel.

Président, pouvez-vous nous présenter ce "Plan Marshall" ?

Philippe Martin, président du département. Je suis d'abord satisfait que nous ayons pu nous réunir en assemblée plénière même s'il n'y avait que 14 élus sur les 34 habituels. Notre assemblée a tout de même pu se réunir en prenant des tas de mesures de sécurité sanitaire et a pris des décisions, notamment celle de concrétiser un plan Marshall de 3 millions d'euros, qui finalement vu les événements a été remis à la hausse pour un peu plus de 4 millions d'euros. Ce budget va être destiné à des tas d'achats, d'investissements et de soutien notamment dans le domaine social, aux communes, mais aussi au tourisme. Donc pour résumer, ce plan va permettre de mettre en place toute une série d'actions qui visent à faire que dans cette phase de déconfinement, la reprise progressive de l'activité se fasse sans qu'il y ait trop de dégâts.

Sur les 4 millions d'euros, une part importante, 700 000 euros, sera réservée aux associations culturelles et sportives, durement touchées par cette crise...

Philippe Martin : "Effectivement, les associations culturelles sont en grande difficulté.Nous avons des contacts quotidiens avec eux. Il y a bien sûr les grandes associations que l'on connaît, dont les événements ont été supprimés, mais il y a tout aussi un réseau de petites associations culturelles qui sont également en difficulté. Je l'ai dit clairement, il n'y aura pas d'économie sur la culture, car c'est un élément très important de la vie du Gers. Nous avons prévu des modes de soutien pour ces associations pour qu'elles puissent passer cet événement et qu'elles se préparent à reprendre une activité normale pour la saison 2021."

Où en est-on de la commande de masques grand public que vous avez réalisée ?

Philippe Martin. "Ce qu'il faut savoir c'est qu'on a plusieurs commandes de masques. On a déjà une commande de 120 000 masques chirurgicaux à usage unique qui seront distribués auprès des communautés de communes. Nous avons appris hier qu'après 10 jours de blocage en douane à Roissy, et le paiement d'une taxe de droit douanier de 6%, ils étaient enfin dédouanés, nous espérons donc les avoir le plus rapidement possible. Les autres, les masques en tissu grand public, les 380 000 que nous avons achetés en complémentarité avec la région Occitanie, nous devrions commencer à recevoir les premiers la semaine prochaine. Et bien évidemment avec les conseillers départementaux nous les transmettrons aussi rapidement aux maires des communes pour qu'eux-mêmes les transmettent aux citoyens. Dans cette affaire, il y a bien sûr des tas de retard imputables à des industriels, des intermédiaires. Mais, ce qui nous paraît important, c'est le pouvoir d'achat, ces masques seront gratuits, il y en aura deux par habitant, ils pourront être lavés une trentaine de fois, donc ce sera aussi une participation au pouvoir d'achat des Gersois et Gersoises."

Le plan Marshall en chiffres :

- 300 000 euros pour assurer la relance de la promotion touristique du Département

- 600 000 euros pour abnder le "Fond Rebond" créé" par la Région Occitanie", et destiné à contribuer au redémarrage des activités des artisans et des commerçants les plus durablement touchés par le confinement.

- 700 000 euros pour les Communautés de communes et les communes gersoises qui ont organisé des moyens exceptionnels de défense sanitaire de leurs habitants

- 700 000 euros pour les associations culturelles et sportives ayant subi des pertes nettes de recettes pendant la durée du confinement

- 700 000 euros enfin, pour le secteur agricole et alimentaire.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article