Covid-19 - Gers : pas de rentrée scolaire à Saint-Sauvy, le maire prend un arrété pour fermer l'école jusqu'à nouvel ordre


12 mai 2020

C'est une nouvelle grande étape dans le long processus de déconfinement progressif entamé depuis ce lundi dans le pays : la réouverture des écoles primaires. Près de 90% des 204 écoles gersoises du premier degré ont rouvert leurs portes ce mardi matin après avoir été fermé pendant près de deux mois due à la crise sanitaire que connaît le pays depuis plusieurs semaines. Une reprise très particulière et inédite en raison du contexte, qui se fera sur la base du volontariat des parents, par "petits groupes" et avec une priorité accordée aux grandes sections de maternelle, CP et CM2. Si, une très grande majorité des communes ont fait le choix de la réouverture, 7 maires du département ont signifié leur intention de ne pas rouvrir leurs écoles. 

7 écoles sur les 204 du Gers ont annoncé leur intention de ne pas rouvrir leurs portes 

C'est notamment le cas à Saint-Sauvy, où le maire de la bourgade, André Marquisseau, a décidé en concertation avec son conseil municipal et l'équipe éducative de l'école, de prendre il y a quelques jours un arrêté municipal pour maintenir l'école fermée au moins jusqu'à la fin-juin. Dans cette commune de près de 350 habitants, à quelques kilomètres de Mauvezin, moins d’un tiers des parents (9 sur 38) étaient prêt à remettre leurs enfants à l'école, selon un sondage effectué par la directrice de l’établissement. Mais, ce n’est pas cet argument qui a motivé le maire à prendre cette arrêté, mais le volet sanitaire. Pour André Marquisseau, il est impossible pour la commune d’appliquer le protocole sanitaire demandé par l’Education nationale au sein de l'école. "On a choisi de ne pas rouvrir l'école pour ne pas mettre en péril le respect de la santé des enfants et du personnel scolaire qui gravite autour de l'école et les familles qui accompagnent les enfants. Après, il y a plein d'autres arguments qui font que nous n’avons pas les structures que nous pouvons mettre immédiatement en place par rapport au protocole sanitaire qui nous a été fourni par l'Académie", souligne André Marquissau, maire de la bourgade depuis 1983.

"Nombre insuffisant de lavabos, étroitesse des locaux", le maire justifie sa décision

Parmi, ces arguments avancés par le maire pour justifier cet arrêté : "un nombre insuffisant de lavabos" ne permettant pas de mettre en œuvre l'une des mesures barrières essentielles pour lutter contre la propagation du Covid-19 : le lavage régulier des mains . La municipalité qui justifie également sa décision par la configuration des classes actuelles "ne permettant pas d'assurer une distanciation sociale, étant donnée l'étroitesse des locaux avec notamment l'impossibilité d'avoir un flux entrée/sortie distinct dans chaque classe." 

Une réouverture adaptée fin juin ? 

Face à ces difficultés sanitaires et de responsabilité, le maire a donc souhaité "prendre aucun risque". Si, l'école restera fermée encore pendant plusieurs semaines, il n'exclut pas une reprise progressive lors de la dernière semaine de juin. "On va se réunir prochainement afin de mettre en place la structure idéale, qui pourra peut-être, si tout cela est réuni en assez peu de temps, permettre une réouverture de l'école pour une partie de la classe des grands la dernière semaine de juin, à titre d'essai, pour mettre ces enfants dans le bain, avant la rentrée de septembre."

"On va accompagner ces maires pour qu'on puisse rouvrir les écoles au plus vite" prévient le DASEN du Gers

Le cas de Saint-Sauvy n'est pas isolé dans le pays. Si, la bourgade gersoise a été la première à prendre un arrêté sur le territoire, de nombreuses autres communes ont signifié à la Préfecture ces derniers jours leur intention de laisser fermer jusqu'à nouvel ordre, voire même jusqu'à la rentrée prochaine leurs écoles. Sept*, selon les derniers chiffres communiqués par l'Académie hier, dans le Gers. Alors ces communes s'exposent-elles à des sanctions avec ces décisions ? Le directeur académique des services de l'éducation nationale du Gers, Mathieu Blugeon tient à rassurer. "On n’est pas du tout dans une logique de sanction. On est dans une logique de collaboration et de construction avec les élus. Certes, nous ne pouvons pas nous contenter d'un refus de principe. L'école est obligatoire, elle rouvre donc elle a vocation à rouvrir. Pour autant, si des conditions sanitaires ne peuvent pas être réunies, à nous d'identifier les points qui rendent impossible cette ouverture pour les résoudre de la façon la plus rapide possible. On va accompagner ces maires pour que ces raisons puissent être résolues et qu'on puisse rouvrir les écoles au plus vite." Témoignage à retrouver dans nos éditions de la matinée.

* Les communes qui ont signifié leur intention de ne pas rouvrir leurs écoles : Mouchan, Arblade-le-Haut, Montréal, Nogaro, Castelnau-Barbarens, Pompiac, 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article