Agen : les livreurs de repas dénoncent une baisse de leurs rémunérations


20 novembre 2020

Ils dénoncent une baisse de leur pouvoir d'achat depuis le début de ce deuxième confinement. Quelques uns des près de 80 livreurs agennais d'UberEats étaient rassemblés ce vendredi matin sur la place du Pin, environ un an après l'implantation de l'entreprise américaine de livraison de repas dans la préfecture lot-et-garonnaise. Certains de ces auto-entrepreneurs se sont même mis en grève en cette journée pour dénoncer des conditions de travail dégradées. Selon eux, des suppléments sur les tarifs des livraisons (week-ends ou encore primes de pluie), pourtant existants au début de l'année, ont été supprimés. Et d'après Mourad Naïm, un de leurs porte-paroles, les montants des livraisons à Agen se sont réduits depuis ces dernières semaines :

Trop de concurrence

« On constate une baisse moyenne de 40%, parce qu'il y a maintenant trop de livreurs sur notre zone. Nous ne savons pas d'ailleurs exactement comment fonctionne au sein de l'application l'algorithme qui sert à fixer les prix des courses. Les prix sont en train de diminuer, et cela ne nous va pas. Désormais, nous n'arrivons pas tous à faire notre argent sur la journée. Nous ne pouvons pas continuer à travailler de cette manière. »

Des négociations sont actuellement en cours entre les représentants locaux des livreurs et la direction d'UberEats en France. D'autres actions sont également prévues ce vendredi dans d'autres villes de l’Hexagone. C'est le cas par exemple à Lyon, Toulouse, Bordeaux ou encore à Besançon, avant une journée nationale d'actions des livreurs de repas prévue le 5 décembre prochain.

F.P.

Crédit photo : pxfuel

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article