Agen : les acteurs de la culture appellent à se rassembler samedi


15 janvier 2021

Ils seront de nouveau dans la rue. Le monde de la culture organise un rassemblement à Agen pour attirer l'attention du public et du gouvernement, et demander une réouverture de certains lieux culturels malgré l'épidémie de Covid-19. Après de premières manifestations le 15 décembre dernier devant plusieurs cinémas du département, Écrans 47 (qui représente 9 salles associatives de cinémas d'art et d'essai dans le Lot-et-Garonne) lance un nouveau rassemblement ce samedi à 10 heures (place des Laitiers), cette fois avec d'autres acteurs culturels lot-et-garonnais. Parmi eux : la salle de concert «Le Florida», ou encore les organisateurs des festivals «After Before» à Fumel et «Socquette Légère» à Agen.

Ce dernier, spécialisé dans les musiques actuelles, se tient habituellement en juin avec notamment un mapping vidéo (projections vidéos) sous le Pont-Canal de la préfecture lot-et-garonnaise. En 2020, la manifestation avait du être reportée. Sylvie Guerre, sa présidente, et Alizée Gueudin, secrétaire du festival «Socquette Légère» appellent les spectateurs à venir à ce rassemblement :

Quel est l'objectif de cette manifestation ?

Alizé Gueudin : L'idée c'est déjà de montrer que nous sommes toujours là et de rassembler les différents acteurs de ce secteur. C'est d'être visible car les salles sont fermées, et les festivals et les séances n'ont pas lieu. Donc l'objectif est de pouvoir montrer que l'on est présent, et puis aussi réfléchir à des propositions pour pouvoir rouvrir. Il a été constaté qu'il n'y a eu aucun cluster dans les salles de théâtre, de spectacle, de cinéma et de concert qui ont organisé des représentations avec des spectateurs assis. Donc nous voulons rassurer les spectateurs sur le fait que nous pouvons ouvrir avec des conditions sanitaires strictes et un protocole qui fonctionne.

Comment se sont passés ces derniers mois et comment envisagez-vous ceux à venir ?

Sylvie Guerre : Il y a des hauts et des bas, car il est difficile de jongler avec les changements réguliers de consignes que nous recevons. Il y a des moments où nous sommes plein d'espoirs, et quelques heures plus tard, de nouvelle conditions remettent tout en cause. Donc pour le moment, on se voit régulièrement, on essaye de maintenir la dynamique entre nous. Et nous gardons espoir pour être prêt au moment d'un feu vert, même si c'est compliqué psychologiquement

A.G. : Il faut aussi nous projeter dans ces conditions de protocoles sanitaires : pour un festival, les concerts debout sont interdits. Après le premier confinement, on s'imaginait mal organiser un festival de musiques actuelles sur des chaises en plastique, avec distances et des masques. Mais depuis le temps a passé, et peut-être que nous allons devoir nous faire à cette idée-là, et essayer d'imaginer un rassemblement tout de même festif et agréable avec les conditions sanitaires telles qu'elles seront en juin. On s'adaptera, et nous ferons avec une jauge plus petite, nous en avons la capacité.

Quel message voulez-vous donner aux pouvoirs publics ?

A.G. : Ne pas que l'on nous oublie, parce que la culture a un peu été une variable d'ajustement du gouvernement. C'est difficile pour nous professionnels, bénévoles et spectateurs d'avoir des désillusions constantes. Même si nous avons été soutenus par des aides départementales, régionales et nationales, nous avons aussi besoin de se nourrir d'échanges en travaillant, et en rencontrant nos spectateurs.

Avant de vous apporter de bonnes nouvelles lumineuses, ensoleillées et musicales, venez nous retrouver samedi matin pour...

Publiée par Socquette Légère sur Mardi 12 janvier 2021

F.P.

Crédit photo illustration : CchrisS de Pixabay

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article