30% des tiques en Occitanie porteuses d'un agent pouvant transmettre une maladie


14 juin 2021
Avec les beaux jours, vous êtes nombreux à vous rendre en randonnée, et donc aussi à vous exposer à des piqûres de tiques. Une étude l'INRAE révèle notamment qu'en Occitanie, 30% des 148 tiques analysées sont porteuses d'un agent infectieux (dont certains peuvent transmettre la maladie de Lyme). On en parle avec le docteur Raouf Ghozzi, responsable du centre de compétences des maladies vectorielles à tiques à l’hôpital de Lannemezan :

La période en ce moment est-elle propice aux piqûres de tiques ?

Raouf Ghozzi : Oui, classiquement, en ce qui concerne les piqûres de certaines tiques qui peuvent transmettre la maladie de Lyme, il y a deux pics dans l'année : le printemps et le début de l'été, ainsi que l'automne. L'activité de ces tiques du genre Ixodes est surtout déterminée par une température qui peut être située entre 7 et 24 degrés. Nous sommes donc en plein dedans avec une tique qui peut être active pour piquer et se nourrir.

Que peuvent transmettre les tiques ?

Selon les types, les tiques transmettent des agents infectieux différents. Pour la maladie de Lyme en l’occurrence, la bactérie peut être transmise par des tiques du gendre Ixodes. Et ce qui est intéressant, c'est que les choses semblent évoluer sur notre territoire national. Une étude récente de l'INRAE (l'Institut National de Recherche pour l'Agriculture, l'alimentation et l'Environnement), menée avec l'application de signalement Citique, montre qu'en région Occitanie, 30% des 148 tiques analysées sont porteuses d'un agent infectieux. Parmi ces agents, ce sont surtout des borélias (pouvant transmettre la maladie de Lyme). Il y a également d'autres agents microbes. Une tique peut transmettre potentiellement jusqu'à 5 agents en même temps, mais c'est rarement le cas. Après point rassurant : suite à une piqûre d'une tique infectée par une bactérie, nous ne sommes pas systématiquement infectés.

Quel est votre constat justement par rapport à cette étude ?

Jusqu'à récemment, on pensait que des endroits étaient vierges de la maladie de Lyme. Mais cela n'est plus du tout une vérité. En PACA par exemple, on pensait que du fait de la température, il n'y avait pas de vecteurs de la maladie de Lyme. Mais finalement, on se rend compte qu'il y a des vecteurs, et que là-bas, des personnes ont attrapé la maladie de Lyme. Nous en région Occitanie, nous n'étions pas censé être une région forcément d'endémie. Mais au vu des chiffres de cette étude, nous pouvons se poser la question. Il y a un changement de paradigme, et on est donc de plus en plus à risque d'attraper la maladie de Lyme en Occitanie.

En randonnée, comment prévenir ces piqûres de tiques ?

Première chose, c'est de porter des vêtements longs, même si les températures ne nous y incitent pas forcément. Des vêtements blancs pour bien repérer les tiques. Il faut également emprunter dans la mesure du possible des chemins balisés : certaines tiques peuvent s'accrocher sur les fougères, et ensuite se laissent tomber. Pour les enfants, le port d'un chapeau peut être recommandé. Ils sont très souvent piqués au cuir chevelu, ce qui peut passer inaperçu. Nous pouvons également utiliser des répulsifs (naturels ou chimiques) qu'il faut renouveler régulièrement. Ils peuvent se désagréger au bout de quelques heures. Et puis en retour de randonnée, il ne faut pas hésiter à s'inspecter, notamment dans le dos, et prendre une douche.

Si nous sommes piqués, que faut-il faire ?

Quand nous sommes piqués par la tique, il faut éviter de l’asphyxier, et plutôt utiliser un tire-tique dans un sens comme dans l'autre. Dans un second temps, on peut désinfecter la zone. Après, il est recommandé par les autorités sanitaires de faire de la surveillance les semaines qui suivent dans un délai d'un mois. Si une tâche rouge de 5 cm voire plus apparaît au niveau de la piqûre de tique, il faut traiter, car le diagnostic est évident. Après, cette fameuse tâche n’apparaît pas toujours. Et des symptômes comme des douleurs, des maux de tête, de la fatigue, parfois des troubles digestifs, ou encore de la paralysie faciale chez l'enfant peuvent apparaître. Si l'on n'est pas diagnostiqué à ce moment-là, la maladie peut s'étendre en touchant le cœur, le système neurologique, les articulations (gonflement du genou par exemple), etc. On peut avoir des douleurs diffuses sans gonflement. Plus on est pris en charge tôt, plus on a des chances de rémission complète des symptômes.

Propos recueillis par F.P.

Crédit photo : Nicooografie de Pixabay

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article